×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Bagdad pourra bientôt exporter son pétrole

Par L'Economiste | Edition N°:243 Le 15/08/1996 | Partager


Les Etats-Unis ont accepté de lever leurs dernières objections bloquant l'application de la résolution 986 de l'ONU. Le Comité des sanctions devrait approuver les dispositions techniques sur le contrôle de l'accord que Washington bloquait depuis un mois. La résolution 986 autorise l'Irak à faire l'échange "pétrole contre nourriture". Les marchés pétroliers ont rapidement réagi à cette nouvelle. A Londres, les cours du Brent ont chuté de 40 cents à 19,60 Dollars le baril, et à New-York, le Light sweet crude a perdu jusqu'à 43 cents à 20,70 Dollars.

Après six ans d'embargo, Bagdad sera donc en mesure de vendre du pétrole sur le marché international. Un Comité des Nations Unies travaille à la définition des modalités d'application de la résolution. Il s'agirait pour l'Irak d'exporter pour 2 milliards de Dollars (1$US=8,69DH) par semestre, soit 700.000 barils de brut par jour. Bagdad pourra, grâce à ces exportations, importer des vivres, des médicaments et du matériel indispensable aux besoins humanitaires, ainsi que financer un soutien humanitaire aux populations kurdes du Nord. L'Irak devrait patienter encore un mois avant de conclure sa première opération de vente, selon des diplomates des Nation Unies. Il faudrait d'abord mettre en place des équipes de contrôle des exportations et des importations et activer le compte de la BNP New-York destiné à recevoir le produit des ventes irakiennes pour pouvoir régler les factures de l'aide.

Après avoir subi des sanctions internationales durant six ans, les Irakiens restent sceptiques quant à cette levée du dernier obstacle à l'allégement de l'embargo. Les prix des denrées sur les marchés n'ont diminué que de 5%. Les grossistes pouvaient encore dissimuler leurs stocks en attendant plus de certitudes sur les intentions occidentales, souligne-t-on à Bagdad.

Badra BERRISSOULE


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc