×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Badil -France Télécom- commence sa campagne

    Par L'Economiste | Edition N°:486 Le 15/04/1999 | Partager

    · Le consortium insiste sur les courants d'affaires locaux
    · Les quatre sociétés ont déjà travaillé ensemble


    France Télécom, Wafabank, Motorola et Ferrovial Telecomunicaciones. Ce sont les quatre éléments d'un des sept concurrents qui sont en lice pour la deuxième licence GSM dont l'adjudicataire sera connu cet été. Les composants du consortium baptisé «Badil'Com» se connaissent bien, puisqu'ils ont eu l'occasion de travailler conjointement dans le passé sur plusieurs projets.
    M. Michel Bon, président de France Télécom, se dit confiant sur les chances du groupement d'obtenir cette licence vu la complémentarité des compétences de ses membres. «Notre compagnie s'est fixé comme priorité pour l'année 1999 de décrocher la 2ème licence marocaine», réitère-t-il.
    Leader sur le marché français de la téléphonie mobile avec plus de 6 millions d'abonnés, France Télécom a obtenu en 1997 et 1998 les licences de services mobiles dans 11 pays. Ainsi son offre mobile, qui recouvre actuellement 25 pays, dispose de 3,7 millions de clients hors de l'Hexagone.
    L'argumentaire du responsable de la compagnie française fait appel aussi au savoir-faire développé au cours des différentes expériences, notamment la rapidité du déploiement géographique du réseau mobile récemment en Belgique et au Portugal. M. Bon a indiqué également que «son entreprise, 4ème opérateur mondial, dispose d'une offre globale qui intègre la téléphonie mobile, fixe et Internet. Or, l'avenir est marqué par la convergence de ses trois créneaux».
    La troisième banque privée marocaine Wafabank apporte pour sa part au consortium «son expertise du marché en tant que partenaire local. C'est aussi un engagement de la banque dans un secteur porteur», souligne son PDG, M. Abdelhak Bennani. Les contacts avec France Télécom remontent d'ailleurs à 1997, confie-t-il. Autre partie prenante au consortium, Motorola est un gros mastodonte dans le domaine des solutions de télécommunications intégrées et des solutions électroniques. «Notre présence au Maroc remonte à 1989. A notre actif 27 licences GSM à travers 17 pays avec 9 millions d'abonnés», souligne M. Craig Thomson, vice-président et directeur des opérations Europe, Moyen-Orient et Afrique à Motorola. Le partenariat de ce dernier avec France Télécom a été concrétisé lors de l'adjudication de licences GSM en Egypte et au Liban. Les Espagnols sont aussi intéressés par cette seconde licence. L'implication du leader du marché de la construction et du bâtiment, Ferrovial Telecomunicaciones découle, de sa volonté de diversification de ses activités. Déjà en Espagne, le groupe est partenaire de France Télécom dans la troisième licence pour le réseau fixe. Ce début de campagne de Badil'Com est le signe avant-coureur de l'âpreté de la concurrence que connaîtra la course pour l'adjudication. Les autres candidats préqualifiés aiguisent leurs armes. Dans le cadre du «Temps du Maroc» qui se tient actuellement à Paris, Vivendi a entrepris des actions de relations publiques auprès des responsables et entrepreneurs marocains. L'Américain Vodafone/Air'Touch privilégie jusqu'à présent une démarche discrète.

    Rachid JANKARI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc