×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Avions CIA: Rice attendue au tournant

Par L'Economiste | Edition N°:2167 Le 08/12/2005 | Partager

. Les diplomaties européennes dans l’embarrasLa secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, était attendue mercredi 7 décembre après-midi à Bruxelles où elle devait rencontrer ses homologues de l’UE et de l’Otan, dont certains étaient déterminés à obtenir des éclaircissements sur les activités présumées de la CIA sur le Vieux continent. Si dans certaines capitales comme Paris ont dit “prendre acte” des assurances données jusqu’à présent par le chef de la diplomatie américaine, d’autres à l’image du ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bernard Bot, ont clairement laissé entendre qu’ils ne les jugeaient, “pas satisfaisantes”. De son côté, le chef de la diplomatie belge, Karel de Gucht a indiqué vouloir “attendre la réunion avec Mme Rice avant de réagir”, tout en assurant que la Belgique ne figurait pas parmi les pays éventuellement concernés. La polémique concerne des informations sur l’utilisation d’aéroports européens par la CIA pour des transports de prisonniers islamistes, ainsi que l’existence éventuelle de prisons secrètes en Europe. Cette affaire a mis dans l’embarras nombre de partenaires européens des Etats-Unis, à un moment délicat dans les relations transatlantiques alors qu’Américains et Européens ont fait des efforts considérables pour renouer le fil après les divisions sur l’Irak. Rice devait avoir des entretiens bilatéraux avec le secrétaire général de l’Otan, Jaap de Hoop Scheffer et le Premier ministre belge, Guy Verhofstadt. Rice a insisté à Kiev sur le fait que les Etats-Unis n’autorisaient ni la torture ni les traitements dégradants aux Etats-Unis ou à l’étranger, répétant plus ou moins le même message depuis son départ lundi 5 décembre de Washington, mais sans répondre précisément aux allégations.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc