×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Avec le groupe scolaire La Colline : RESO se diversifie dans le primaire

Par L'Economiste | Edition N°:222 Le 21/03/1996 | Partager

Entré dans l'enseignement avec Eurelec, puis Efet, M. Azzedine Bennani était monté vers le supérieur avec l'ESIG. Il reprend l'enseignement à la base avec La Colline à Casablanca après que son expérience a Fès ait été concluante.


Sur la route de Nouasser, le groupe scolaire La Colline ouvrira ses portes à partir de la saison 96/97. Les travaux de construction s'accélèrent sur le chantier. Un espace est en cours d'aménagement à la direction générale (Quartier des Hôpitaux) pour accueillir les parents d'élèves désirant inscrire leurs enfants ou obtenir des informations. Le démarrage effectif des cours pour la maternelle et le primaire aura lieu le mercredi 4 septembre. A partir du mois de juillet, les enfants pourront déjà aller visiter leur future école en finition. "Il faut commencer tout d'abord par former les adolescents et les adultes avant de songer à former les enfants, car un père de famille éduque beaucoup mieux les enfants qui viennent après le premier", note M. Azzedine Bennani, président fondateur du groupe La Colline et président de l'ESIG. En fait, le projet est initié par le groupe RESO qui comprend l'ESIG, EURELEC, EFET et le Groupe Scolaire Saïss à Fès. L'investissement a été pris en charge à hauteur de 15% par ce groupe. Le reste a été financé par crédit bancaire. L'enveloppe globale de l'investissement est de l'ordre de 40 millions de Dirhams.

Un enseignant pour 12 enfants

"Une école est une alchimie entre l'infrastructure et la superstructure (les ressources humaines)", indique M. Bennani. Le choix du terrain et la sélection des ressources humaines ont été rigoureusement effectués afin d'offrir un cadre adéquat aux besoins de l'enfant. Ces encadrants, maîtres et maîtresses, devront jouer le rôle de l'artisan qui fabrique ses oeuvres sans recourir au moule. Aucun des ouvrages ne ressemble au précédent, poursuit M. Bennani. Ainsi, chaque enfant sera éduqué et formé selon son identité et ses particularités. L'encadrement ne sera donc pas basé sur la standardisation. Le taux d'encadrement est d'un enseignant pour 12 enfants. Une classe de 25 ou 26 élèves sera encadrée par deux instituteurs, un principal et l'autre secondaire.
Selon Mme Antoinette Marmara, directrice de l'établissement, le volet pédagogique ne sera pas dissocié de l'éducation et de la vie familiale de l'enfant. L'épanouissement de ce dernier se fait à travers sa propre personnalité, mais également dans le contact et la communication avec les autres. Les deux langues seront enseignées: aussi bien la langue française que l'arabe. Le programme s'articule autour de l'histoire culturelle de l'enfant tout en s'ouvrant sur l'environnement et le monde extérieur.

De 15.000 à 20.000 Dirhams l'an

Les enseignants sont de formation bac +4 avec une expérience exigée dans le domaine. "La pédagogie n'est pas un savoir-faire qui s'apprend de façon intermittente, elle se construit au fur et à mesure dans la vie pratique", souligne Mme Marmara. La formation des encadrants et enseignants sera intense au cours des premiers mois et impérative tout au long du parcours professionnel.
Le nombre d'inscriptions dans le groupe reste tributaire du degré d'adhésion des parents au concept. Aucun test d'évaluation à l'entrée n'a été envisagé, rassurent les responsables du projet. Ces derniers estiment que la différenciation entre des petits enfants ne peut se faire à partir de tests. "Le test est beaucoup plus un test de la famille que de l'enfant", note M. Bennani.
Par ailleurs, une forte implication des parents dans la formation et l'éducation des enfants est nécessaire, rappelle Mme Marmara. Leur rôle ne se limite pas à déposer leurs enfants le matin et à les récupérer le soir.

Le coût de la formation n'a pas encore été établi définitivement. Selon M. Bennani, le coût annuel de la formation sera compris entre 15.000 et 20.000 Dirhams. Ce prix comprend toutes les activités parascolaires et annexes (excursions, visites, sports...). D'ailleurs, l'enfant sera orienté vers différentes activités intégrées dans son éducation générale (apprentissage de langues vivantes telles que l'espagnol, karaté, jeux et sports collectifs, théâtre, gymnastique, danse...). Une salle de sport couverte est prévue dans le projet en plus d'un terrain en plein air avec une piste de course.
La capacité d'accueil globale du groupe La Colline est de 1.250 élèves répartis entre 250 enfants en maternelle, 500 en primaire et 500 en secondaire. Chaque niveau d'éducation sera organisé en une unité ayant sa propre identité. La superficie globale de l'établissement est de 13.000 m2 dont 11.600 m2 couverts. Une petite colline artificielle y sera édifiée pour reproduire l'image du concept du projet.

HICHAM RAIQ.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc