×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Avant ses débuts en janvier 1995 : Textiles: L'OMC rassure les industriels

    Par L'Economiste | Edition N°:156 Le 01/12/1994 | Partager

    L'abolition progressive, dans le cadre de l'OMC, des restrictions appliquées par les pays européens sur les produits du textile-habillement, profitera essentiellement aux Asiatiques. Les industriels marocains cherchent les moyens de se repositionner sur le plan de la compétitivité.

    En janvier 1995, l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) fera ses débuts. M. Linden, conseiller auprès du directeur général du GATT, est venu au Maroc pour une journée d'information sur la transition du GATT à l'OMC. Celle-ci, qui s'est tenue à Casablanca lundi dernier, avec la participation d'experts de la CNUCED, réunissait des exportateurs, surtout du textile-habillement et de l'agriculture, secteurs les plus sensibles, au Maroc, au nouveau système commercial multilatéral. Les exportations de produits textiles et vêtements représentent 26% des exportations marocaines globales, le même pourcentage valant pour les produits agricoles, selon un rapport de la CNUCED.

    Concernant l'industrie marocaine du textile et des vêtements, le principal problème qui se posera dorénavant à l'exportation est celui de la vive concurrence asiatique sur le marché de l'Union Européenne. En effet, la suppression progressive du régime discriminatoire qui était appliqué par les pays développés, profitera complètement aux pays asiatiques. Le Maroc, dans le cadre de ses accords avec la CEE, bénéficiait déjà d'une exonération totale de droits de douane sur ses produits textile-habillement importés en UE. "L'accord sur les textiles et les vêtements définit le cadre juridique de la suppression progressive de l'accord multifibres devant conduire à l'intégration progressive du secteur dans le cadre du GATT à la fin d'une période transitoire de 10 ans", spécifie le rapport du Secrétariat de la CNUCED de 1994.

    Quand la Chine s'éveille

    Après ce délai de 10 ans, au terme duquel les pays membres de l'OMC devront avoir éliminé toutes leurs restrictions, le commerce des textiles et des vêtements sera soumis aux mêmes règles que celui des autre produits.

    L'intégration des produits devra se faire en 3 étapes, le contingent de référence pour chaque pays importateur étant le volume total de ses importations en 1990.16% de ce volume devra être intégré immédiatement dans le cadre du GATT, par chaque pays membre de l'OMC, dès l'entrée en vigueur de celui-ci. Après 3 ans sera intégrée une tranche de 17% et 4 ans plus tard une tranche de 18%, le reste, soit 49%, le sera à la fin de la période transitoire de 10 ans. L'ouverture du marché européen de 16% la première année pour les pays asiatiques n'est-elle pas déjà supérieure à celle concernant les importations totales marocaines? La question est d'autant plus grave pour le Maroc que 62% des exportations de ce pays sont dirigées vers l'UE.

    Les industriels marocains s'inquiètent particulièrement de l'émergence de la Chine sur les marchés européens. M. Linden a tenté de les rassurer en s'appuyant sur l'argument que la Chine sera, dans les 5 années à venir, davantage préoccupée par son passage d'une économie planifiée à une économie de marché, et qu'en même temps sa production aura tendance à se tourner ver son marché intérieur.

    10 ans: Trop court

    Mais, objecte un industriel marocain, ceci ne l'empêchera pas d'accroître ses exportations, car l'industrie textile chinoise va connaître un développement exponentiel que catalyseront encore les investissements occidentaux dans ce pays. Il fait remarquer que le marché marocain lui-même est déjà envahi par des produits chinois dans tous les domaines. Le Maroc doit améliorer sa compétitivité par tous les moyens et une période de 10 ans est trop courte. "Dans 10 ans le commerce mondial connaîtra une hausse de 60% ; quelle sera, dans cette hausse, la part de croissance des exportations marocaines? ", s'interroge-t-il.

    Sur les marchés des pays développés, avant les accords du GATT, 20% des produits industriels entraient sans droits de douane. Aujourd'hui ce sont 43% des produits importés par l'Europe qui sont exonérés de droits de douane. La plupart des tarifs appliqués à l'importation dans ces pays sont inférieurs à 15%, sauf pour les produits textile-confection qui enregistrent des pointes supérieures à 15%. Quant aux Etats-Unis, s'ils appliquent de fortes baisses sur l'importation de

    produits industriels et de produits de la pêche (respectivement 89% et 62%), leur diminution des droits de douane sur les produits textile-confection reste très faible: 9,4%. Les produits de ce secteur sont classés deuxièmes (après le pétrole) dans les exportations des pays arabes vers les Etats-Unis.

    B.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc