×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Autoroute Meknès Est-Fès : Trois mois de retard sur le calendrier

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    «Nous ne pouvons nous permettre d'hésiter. Au-delà de 15 jours, si vous ne présentez pas des choses précises, on sera obligé de prendre les mesures qui s'imposent». M. Abdelaziz Méziane Belfkih, ministre des Travaux Publics, rappelle à l'ordre le groupement d'entreprises italiennes en charge de la réalisation des travaux de terrassement, d'assainissement, chaussée et ouvrages d'art de la section Meknès Est-Fès. Cette phrase claque comme un coup de fouet. Visiblement, les six entreprises italiennes Sistemi, Fioroni, Iga, Pavilmental, Itinera et Codelfa ne s'attendaient pas à ce coup de semonce. M. Méziane leur reproche un retard de trois mois dans l'état d'avancement des travaux de cette section d'une longueur de 45 km. Le ministre a constaté ce retard lors d'une visite faite samedi 12 octobre sur les chantiers de construction des deux sections de l'autoroute Rabat-Fès. C'est sa deuxième tournée depuis le lancement des travaux, indique M. Dahouti, chargé de superviser les travaux pour le compte du maître d'ouvrage.

    Pour les responsables du groupement italien, le retard est expliqué par «l'exceptionnelle pluviométrie» enregistrée au cours de l'année dernière. Cet argument ne semble pas convaincre le ministre. Il avance deux raisons. D'une part, les fortes pluies sont davantage tombées sur les régions côtières qu'ailleurs. D'autre part, pourquoi ces intempéries dans la zone Fès-Meknès n'ont-elles pas perturbé l'avancement des travaux du groupement d'entreprises marocaines en charge de la section RS 316-Meknès Est. Les entreprises Hajji, Houar, Seprob et Handassa, en charge de cette section, ont moins d'un mois de retard sur le calendrier initial, a reconnu M. Tahor, chef de la Division de Développement à la Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM). En outre, le groupement italien a invoqué pour la énième fois l'arrivée imminente de matériel au port de Casablanca. En fait, les engins n'ont pas encore été embarqués. Le groupement a dû promettre au ministre de lui remettre au plus tard dans 15 jours un programme expliquant le retard. Se profile à l'horizon une révision probable du prix du marché, adjugé pour un montant de 447,5 millions de DH. Le groupement italien est en mesure de rattraper le retard cumulé à condition que l'ADM en paye le prix.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc