×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
International

Automobile: Les constructeurs européens prospèrent aux Etats-Unis

Par L'Economiste | Edition N°:2693 Le 16/01/2008 | Partager

. Mercédès, Volkswagen, Audi et BMW optimistes pour 2008. Le diesel propre, leur cheval de batailleDans un marché automobile américain attendu à nouveau en baisse en 2008, les constructeurs européens ont exprimé leur optimisme au salon de Detroit, misant sur leurs nouveaux produits et leurs innovations technologiques pour maintenir leurs positions. Les Etats-Unis constituent un enjeu important pour les constructeurs européens présents, essentiellement allemands, qui y réalisent une part importante de leur chiffre d’affaires. A Detroit (nord-est des Etats-Unis), ils ont mis en avant leurs bons résultats en 2007, et tablent sur une année 2008 au moins aussi bonne. Mercédès a annoncé avoir enregistré en 2007 sa quatorzième année consécutive de hausse avec plus de 253.000 voitures vendues. La marque phare du groupe Daimler a dévoilé à Detroit un prototype de 4X4, le GLK, apte à séduire une clientèle américaine qui reste attachée à ce type de véhicule. La sortie pourrait intervenir début 2009. Volkswagen joue aussi la carte du renouvellement avec une série de nouveautés comme le tout-terrain Tiguan à sortir en juin ou la Passat CC à la rentrée. En 2007, les ventes ont été stables à 231.000 véhicules, et pour 2008, aucune prévision chiffrée n’est avancée. Mais Steve Keyes, responsable de la communication pour Volkswagen Amérique, se dit «optimiste» et «plutôt sûr de vendre davantage de voitures» avec les lancements annoncés. «L’impulsion est là pour une hausse des ventes et de la part de marché», aujourd’hui à 1,4%, dit-il. Tonalité voisine chez Audi, où l’on veut «bâtir (la croissance) sur la force des produits», explique Marc Trahan, directeur de la qualité produit pour Audi Amérique. Il vise «une croissance modérée» en 2008, après une année 2007 à 93.000 ventes. La nouvelle A4 devrait y contribuer, avant «une vraie croissance» attendue en 2009 avec l’arrivée du tout-terrain Q5. BMW, le plus important des constructeurs européens aux Etats-Unis où sa part de marché atteint 2%, veut également «continuer à croître», dit Marc Hassinger, chargé de la communication financière. L’objectif officiel affiché pour 2008 est de maintenir le niveau atteint en 2007 où les ventes américaines du groupe ont dépassé les 385.000 véhicules (dont 293.000 pour BMW et 42.000 pour Mini), en hausse de 7%. Là aussi, la nouveauté vedette du salon est un 4X4, le X6 qui arrivera à l’automne, pour épauler le X5. Une version hybride est prévue en 2009, une première pour le groupe. Outre leurs nouveautés, tous ces constructeurs mettent en avant leur offre en véhicules diesel, dont ils jugent inéluctable le développement dans un pays où il est pour l’heure quasiment inexistant. Introduit par Mercédès dès 2006 sur ses berlines de la classe M, le diesel a déjà conquis 20% des ventes sur ce créneau. «Nous n’attendions pas un tel résultat», reconnaît Herbert Kohler, vice-président chargé de l’environnement. «C’est une motivation pour continuer». La question de l’efficacité énergétique est «maintenant un sujet» aux Etats-Unis, constate-t-il. Mettant en avant sa technologie Bluetec dans les «diesel propres», Mercédès s’apprête à lancer une offre diesel pour ses véhicules 4X4 en 2009 dans l’ensemble des Etats-Unis. Et l’arrivée ensuite de modèles hybrides en 2009-2010 est déjà en vue. Volkswagen a aussi proposé des diesel dès 2006, ce que s’apprête à faire à son tour BMW cet automne avec deux premiers modèles, le tout-terrain X5 et la berline série 3. La technologie diesel est «un pas important vers davantage d’efficacité énergétique», a souligné le président de BMW Norbert Reithofer. Reste l’interrogation sur l’impact d’un ralentissement économique sévère, voire une récession, aux Etats-Unis. Pour plusieurs analystes, le positionnement haut de gamme des constructeurs européens les expose moins que les groupes orientés davantage vers le grand public.Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc