×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Automobile : La carte Toyota change de main

    Par L'Economiste | Edition N°:223 Le 28/03/1996 | Partager

    La carte du constructeur japonais Toyota vient aujourd'hui de changer de main. Les nouveaux acquéreurs mettent en place une nouvelle structure qui concentrera l'ensemble de l'activité. Pour accompagner toute cette réinstallation, de nouveaux modèles sont lancés sur le marché.


    Toyota du Maroc, nouvellement créée, est depuis l'été 1995 l'importateur exclusif du constructeur japonais au Maroc. La carte était jusqu'à cette date détenue par la société Toyota Maroc, qui est devenue concessionnaire de la marque, aujourd'hui sous la dénomination de Japan Motors.
    "Avec toute sa structure et les équipements développés et mis en place, Japan Motors représente pour nous une force supplémentaire et un renforcement de l'image de marque du constructeur sur le marché. En effet, vu la disponibilité des pièces de rechange, les ateliers de réparation, nous créerons une confiance chez le client vis-à-vis de nos modèles", tient à préciser M. Mohamed Messaoudi, directeur général de Toyota du Maroc.
    Pour les besoins de la réimplantation de la marque, un site faisant office à la fois de siège social et de succursale "3 S" (show-room, service après-vente et pièces de rechange), est actuellement en cours de finition. L'investissement nécessaire, sur lequel les dirigeants restent discrets, a été entièrement autofinancé.

    Ere révolue

    Chez Toyota, les responsables considèrent que l'ère des clients qui achètent pour acheter est révolue. Le client devient exigeant en pièces détachées d'origine mais recherche aussi de plus en plus un accueil de qualité. Ainsi, sur une superficie totale de 4.000 m2, le nouveau siège comprend, outre la succursale et les ateliers de réparation, trois principaux départements: une direction commerciale, une direction après-vente qui inclut la pièce de rechange et le service après-vente proprement dit et une direction qui regroupe les finances et l'administration. "Notre objectif est de concentrer l'ensemble de l'activité sur un seul site. C'est la manière la plus efficace pour une satisfaction complète du client", explique M. Messaoudi.
    Dans la course entre les constructeurs automobiles, le service après-vente est devenu le pilier ou le coeur des stratégies des différentes marques. "Avec une bonne structure, nous pouvons assurer un service après-vente adéquat. Cela suppose donc la réparation dans les temps, la disponibilité des pièces, mais aussi une bonne formation technique, qui occupe une place très importante dans la philosophie de Toyota", indique le directeur de la société. C'est ainsi que sera intégré au sein du nouveau site un centre de formation. Celui-ci assurera la formation des techniciens de Toyota du Maroc et ceux du réseau. Cette formation interne sera complétée, au fur et à mesure, par une formation extérieure, effectuée au Japon pour des stages ou dans d'autres pays où le constructeur organise des séminaires de formation technique ou de marketing, de ventes..."La formation permet aux techniciens, mais aussi à l'ensemble du personnel, d'évoluer en même temps que la technique automobile", avance M. Messaoudi.
    L'activité de Toyota du Maroc a démarré au début de l'année 1996 par le biais des agents implantés dans les principales villes du Maroc. Actuellement, le réseau compte environ 15 concessionnaires et l'objectif est de le porter à une vingtaine d'ici la fin de 1996.

    Réduire les coûts des stocks

    La société vient de négocier avec la maison mère une baisse qualifiée de conséquente des prix des véhicules et de la pièce détachée. Pour cette dernière, le constructeur japonais a proposé à son représentant au Maroc un système de gestion informatique nouvellement créé et déjà mis en oeuvre dans un seul pays, les Philippines. "Nous ne le connaissons pas encore. Pour cela, nous avons dépêché un spécialiste pour bien cerner et connaître les caractéristiques de ce système et son adaptation au marché", souligne M. Messaoudi. Dans tous les cas, ajoute-t-il, "la gestion informatisée des pièces de rechange nous permettra de réduire les coûts des stocks".

    Par ailleurs, toute cette installation s'accompagne du lancement de nouveaux modèles qui pénètrent pour la première fois le marché automobile marocain. Il en est ainsi de la Tercel, 1,3l essence, commercialisée depuis janvier et dont le prix de vente est d'environ 159.000 DH. Le second modèle concerne la Starlet 1,3l essence, complètement relookée et qui est commercialisée à environ 129.000 DH. Ce modèle sort simultanément en Europe et au Maroc. La Corona, qui existe déjà avec une motorisation essence, intègre la gamme avec un moteur diesel. Elle sera disponible sur le marché à partir du mois de juin. Le Land Cruiser "Light Duty", avec des formes beaucoup plus arrondies que son prédécesseur, arrivera également à la même période. Parmi les modèles déjà disponibles sur le marché figurent la Camry (3 l) et le Rav 4 en 5 portes. Le nec plus ultra reste la Lexus, véhicule de haut de gamme, qui sera introduit dans une seconde phase.
    Créée en 1935, Toyota Motor Corporation emploie aujourd'hui 143.000 personnes et a produit en 1994 près de 3,5 millions de véhicules. Le constructeur possède 36 sites de production dans 26 pays et 160 importateurs. Pour un volume actuel de 4,5 millions d'unités, le n°3 mondial espère vendre annuellement six millions de véhicules dans le monde en l'an 2000.

    Meriem. Oudghiri.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc