×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Au "12-13" de L'Economiste-Chaîne Inter : Cadres: La crise clarifie les rôles

Par L'Economiste | Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Non, les recruteurs ne sont pas des "inquisiteurs". Qu'ils soient directeurs du personnel ou conseils en recrutement, ils ne soumettent le candidat à "l'interrogatoire" que pour mieux optimiser son offre de travail aux besoins de l'entreprise. Plus tard, pour la gestion de sa carrière, il rechercheront la même adéquation. C'est ce qui ressort du "12-13" de L'Economiste sur la RTM-Chaîne Inter, consacré à "la gestion des cadres", le 11 Février. M. Abdelkebir Mezouar, Président de l'AMCOR, et M. Mohamed Benchekroun, Directeur en charge des affaires sociales à la RAM, expliquaient les nouveaux outils de la gestion des ressources humaines, notamment, l'évaluation des postes et des rémunérations très en vogue. Paradoxe, l'innovation managériale entre par le secteur public OCP (réorganisé par MacKinsay) ou le Ministère des Travaux Publics (qui avait sondé ses fonctionnaires sur leurs attentes, au risque de ne pouvoir y répondre). La grande entreprise privée est aussi condamnée aux outils nouveaux de là GRH. Au-delà des discours, ils deviennent une nécessité pour la compétition internationale, avec des entreprises multinationales qui les utilisent de toute façon. Attention cependant "à la résistance au changement, même à son propre intérêt", explique M. Mohamed Benchekroun, car il reste difficile au Maroc de porter le message. Une contrainte que les PME peuvent surmonter, la communication y est plus facile. Dans tous les cas, les cadres sont la courroie de transmission de toute politique: ils transmettent les messages de compétitivité, et rapportent les aspirations de la base . "Le fondement en est encore les besoins de sécurité et d'implication. La sécurité, c'est d'abord la connaissance des règles du jeu clair", estime M. Mezouar. Les cadres, de plus en plus, exigent d'être impliqués dans les décisions. Ils commencent d'ailleurs à développer une culture propre. Exit donc les grands conflits dans l'entreprise, c'est l'harmonie, la solidarité sociale, surtout dans une période de crise. Luc Boyer, Président de Hay Group France, venu pour le séminaire de l'AMCOR, intervient dans l'émission pour expliquer qu'une remise en cause des Ressources Humaines est en cours avec le passage d'une économie de croissance à une économie de récession. Le souci en Europe est d'éviter le choc social, de minimiser les licenciements, de gérer les compétences minimales. La crise permet néanmoins une clarification des rôles dans un nouveau "contrat social".

Dans ce contexte, la fonction Ressources Humaines prend plus de poids . Fonction "nouvelle", elle requiert des qualités intellectuelles (connaissance du droit, de la psychologie...) et humaines particulières. Les profils pointus sont rares sur le marché. A défaut, le poste D.R.H. est confié à des anciens de l'entreprise, mais garde encore l'étiquette d'une fonction de répression.

K.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc