×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Attijariwafa bank trouve son organisation

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Des Comités pour remplacer l’idée de la gouvernance avec Conseil de surveillance et Directoire. Oudghiri accroît ses responsabilités stratégiquesÇa bouge à Attijariwafa bank. En effet, la rentrée sera marquée par une nouvelle organisation. Cette nouvelle organisation est faite pour régler un problème, celui du poste que doit occuper Khalid Oudghiri, le président. La SNI, actionnaire de référence de l’ONA, avait proposé que AWB passe au tandem conseil de surveillance et directoire, plaçant donc Oudrighi à la tête du conseil. Ce qui aurait été le perdre… puisque la loi n’offre aucune souplesse à ce niveau: le président du conseil de surveillance… surveille, un point; c’est tout. Or la banque, ses actionnaires en conviennent, volontiers (voir les déclarations de Saâd Bendidi dans nos colonnes) a besoin de ses talents de stratège pour concevoir et mettre en œuvre ses ambitions marocaines et internationales. Report donc de la décision en attendant de trouver une solution: alléger les charges de la présidence en matière de gestion quotidienne et renforcer ses compétences stratégiques en maintenant un lien organique avec les administrateurs et les actionnaires.C’est à l’issue d’une réunion, mercredi 13 septembre, du conseil d’administration que l’information a circulé. Khalid Oudghiri a expliqué plus tard dans la journée devant les principaux responsables du top management – soit une cinquantaine de personnes – la nouvelle mouture de l’organigramme. «Il s’agit d’ajuster le mode de gouvernance du groupe ainsi que l’organisation qui en découle», souligne Wafâa Guessous, secrétaire générale. Quatre évolutions majeures se dégagent. Evolutions qui, selon la direction, viennent essentiellement «répondre à un souci d’adaptation du management à la nouvelle dimension acquise par Attijariwafa bank et à l’ampleur de son développement». En clair, l’environnement des affaires change en permanence et il faut s’y acclimater. De nouvelles priorités sont ainsi définies et se traduisent en premier lieu par la réorganisation des comités issus du conseil d’administration (comité stratégique, comité des grands risques, comités d’audit et des comptes, comités des nominations et des rénumérations). A noter que les comités stratégiques et grands risques sont présidés par Oudghiri.L’organigramme s’est en outre enrichi de nouveaux pôles et d’autres se sont retrouvés renforcés et dotés de nouvelles missions. Des fonctions sont également redéfinies afin «de mieux préparer l’avenir». A noter que les entités rattachées directement à la présidence s’enrichissent du pôle «Finance, Transformation et Opérations» (finances, stratégies, projets, systèmes d’informations et traitement clientèle) qui est confié à Ismaïl Douiri, jusque-là en charge de la Stratégie et Développement du groupe. La fonction «Capital humain» (développement des ressources humaines) est désormais placée sous la responsabilité de Jamal Amrani. Le pôle «Secrétariat général» piloté par Wafâa Guessous se voit doté de nouvelles prérogatives. A la Qualité groupe, communication institutionnelle et relations publiques, communication interne s’ajoutent en effet les fonctions Logistique, Achats groupe et Conseil juridique. . Quatre pôles opérationnelsPar ailleurs, le groupe a procédé à la division des entités commerciales en quatre pôles opérationnels. Il s’agit du département «Banque de proximité» qui réunit la Banque des particuliers et des professionnels (BPP) et la Banque des Marocains sans frontières (BMF) chapeauté par Omar Bounjou, directeur général. Le pôle «Banque de financement et de l’entreprise» distingue, lui, clairement les entités dédiées à la PME au sein de la Banque de l’entreprise de celles visant la clientèle «corporate». C’est Mohamed El Kettani qui est nommé directeur général à la tête de cette structure. El Houcine Sahib se voit lui chargé du pôle «Banque des marchés et d’investissements» qui regroupe les activités de banque d’affaires et d’investissements. La «Filiale financière» constitue une nouveauté majeure pour le suivi de l’ensemble des filiales spécialisées et des implantations à l’international. Boubker Jaï en est le directeur général. A noter que le groupe Attijariwafa bank est déjà présent en Tunisie et au Sénégal et attend toujours son agrément pour l’Algérie. Enfin, dernière innovation et non des moindres, la revue du dispositif des comités de contrôle et de gestion. Ces derniers seront consacrés au suivi des principales grandes fonctions de la banque. Fatima EL OUAFI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc