×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Attijariwafa bank: SNI se renforce

Par L'Economiste | Edition N°:3181 Le 30/12/2009 | Partager

. Le rachat de parts de Santander, un gisement de croissance. La transaction a été effectuée pour 4,1 milliards de DHGrosse opération dans le secteur bancaire. Le groupe espagnol Grupo Santander cède 10% du capital de son partenaire historique Attijariwafa bank. Une cession accomplie pour le compte de la Société nationale d’investissement (SNI) et qui rentre dans le cadre d’un programme d’optimisation des fonds propres de la banque espagnole. Pour SNI, cette montée en puissance dans le tour de table de la plus grande banque de la place est une véritable opportunité de croissance à travers la machine à bénéfices qu’est AWB. Du côté de Santander, c’est une manière de limiter les effets de la conjoncture sur sa trésorerie.«La banque espagnole a amorcé cette cession dans le sens qui correspondait le mieux à ses intérêts, c’est-à-dire afin de renforcer ses fonds propres dans le contexte actuel de crise où les augmentations de capital deviennent monnaie courante», explique Ismail Douiri, directeur du pôle finances, transformation et opérations d’Attijariwafa bank. Ce qui porte le capital de SNI dans Attijariwafa bank à 13,49%, tandis que celui de Grupo Santander passe à 4,55%. Le montant de la transaction a, quant à lui, été arrêté à 4,1 milliards de DH, soit 215 DH par action.«Dès qu’il s’agit d’opérations stratégiques, ce n’est plus le cours en Bourse qui guide la transaction, mais plutôt des considérations propres à chaque partie», affirme Douiri. Et d’ajouter, «les deux actionnaires se connaissent de longue date. Ils ont mené des tractations pour fixer un montant qui satisfait à la fois le vendeur et l’acheteur».Et il ne s’agit pas pour le groupe espagnol de disparaître complètement du tour de table d’Attijariwafa bank. Grupo Santander conserve en effet toujours une marge de participation (4,55%). Le groupe espagnol poursuit également sa présence au sein du Conseil d’administration de la banque. Ses projets de coopération avec Attijariwafa bank restent maintenus comme avant la cession. « Tous les chantiers communs orchestrés entre les deux banques ont fini par créer une sorte d’intimité entre elles. C’est pourquoi les partenariats opérationnels entre les deux sociétés ne seront pas modifiés», explique Douiri. De fait, tous les engagements fixés au préalable seront poursuivis. Parmi ceux-ci, les projets de coopération initiés dans le trade finance, l’accompagnement des investisseurs étrangers au Maroc (en particulier ibériques et latino-américains), l’immigrant banking et l’assistance technique dans de nombreux domaines tels que le risk management.Attijariwafa bank continuera, pour sa part, à constituer le canal d’intervention de Grupo Santander dans l’ensemble des pays où le groupe bancaire marocain est présent.Mohamed MOUNADI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc