×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Atlantic free zone : La filiale de MedZ opérationnelle

    Par L'Economiste | Edition N°:3448 Le 19/01/2011 | Partager
    Elle se charge de l’aménagement, commercialisation et gestion du site
    Le taux d’avancement des travaux au niveau du parc industriel est de 50%

    MedZ, filiale de CDG Développement, vient de créer une nouvelle entreprise. Baptisée Atlantic free zone, l’entreprise aura pour mission de développer, commercialiser et gérer la plateforme industrielle intégrée de Kénitra. L’entreprise sera également chargée de la gestion de la zone d’exportation du chef-lieu du Gharb. Le capital social a été fixé à 143,8 millions de DH. Le site est en cours d’aménagement par MedZ et la société espagnole Edonia World. Ce parc industriel et logistique se compose de deux parties: une zone franche et une autre libre. La première, qui occupe les deux tiers du projet, se compose d’espaces industriels, logistiques et de bureaux. Elle comprend également une cité de l’électronique et un parc high-tech.
    La superficie des parcelles industrielles commence à partir de 1.800 m2, avec un taux de construction de 0,8%. Cette zone est dédiée aux entreprises dont au moins 85% de la production est destinée à l’exportation. Des structures qui bénéficient de plusieurs avantages fiscaux (exonérations IS pendant 5 ans…) et douaniers (exonération des droits de douane et simplification des procédures).
    Selon le CRI de Kénitra, les intentions d’implantation dans cette zone franche sont estimées à près de 1,5 milliard de DH. Ce qui permettra la création de plus de 6.700 emplois. La deuxième zone (zone libre dite aussi open zone) est un parc industriel de nouvelle génération. Elle comprend des espaces logistiques, industriels et tertiaires. La zone contient des parcelles qui varient entre 1.750 et 26.000 m2. Les investisseurs ont la possibilité de fusionner plusieurs parcelles pour obtenir une seule installation industrielle de plus de 100.000 m2. Là aussi, le taux de construction étant de 0,8%.
    Sur la deuxième zone, il n’y a aucune condition liée à l’exportation pour les entreprises qui décident de s’y installer. Les intentions d’implantation totalisent un investissement de 63 millions de DH. A terme, l’on table sur la création de plus de 300 emplois.
    In situ, les études de la première tranche sont acheminées à 100% en partie open zone et en partie zone franche d’exportation. Les études hors-site, pour la première tranche, sont achevées à hauteur de 90%. Quant à l’avancement global des travaux, il est estimé à hauteur de 50%. L’avancement des travaux d’aménagement (première tranche) au niveau de la zone libre est estimé à hauteur de 70% et de 25% pour la zone franche. Côté formation aux métiers de l’automobile, les études architecturales et techniques sont achevées.

    J. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc