×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Assurances: Un DESS prévu en octobre

Par L'Economiste | Edition N°:346 Le 17/09/1998 | Partager

Le lancement du Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées en assurances est prévu pour le mois d'octobre. Ce troisième cycle reconnu par l'Etat adapte les futurs assureurs aux besoins du marché.


Une aubaine pour les étudiants qui se passionnent pour le monde des assurances. Le démarrage au sein de la Faculté de Droit de Casablanca du Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en assurances est en effet prévu pour le mois d'octobre. La formation, qui doit remplacer l'ancien diplôme des techniques supérieures d'assurances, est ouverte aux titulaires d'une licence ou d'un diplôme reconnu équivalent. La sélection, qui se fait sur dossier plus entretien, sera toutefois rude. Pour garantir une bonne insertion des diplômés, un système de numerus-clausus a été instauré. Le nombre d'étudiants est de 25 par promotion. Ce diplôme désormais reconnu par l'Etat offre une formation solide et variée à tous les aspects de l'assurance. La formation dure deux années. L'éventail complet des matières assurances est enseigné.

Aux études théoriques s'ajoutent des stages et des travaux de recherche. Pour officialiser la création du nouveau diplôme, une convention avait d'ailleurs été signée au mois de mai dernier entre la Faculté de Droit de Casablanca et la FMSAR (Fédération Marocaine des Sociétés d'Assurances et de Réassurances). Cette convention a été parrainée par l'AIEFFA (Association Internationale des Entreprises Francophones de Formation à l'Assurance). Par ailleurs, un accord de coopération, portant notamment sur le volet formation a été signé entre les fédérations marocaine et française d'assurances. Cet accord devrait aussi profiter à la nouvelle filière. Concernant le volet financement, la Fédération d'assurances contribue à hauteur de 500.000 DH au projet DESS «Le montant pourrait être revu à la hausse», souligne M. Mohamed Seffar, directeur de l'école des assurances. L'Université apporte pour sa part la logistique ainsi que la gestion administrative.
En fait, ce DESS n'est pas tout à fait la première formation qui se rapporte au domaine des assurances.
A tout seigneur tout honneur. L'école des assurances fait partie depuis fort longtemps, et à l'instar de l'école bancaire, du paysage de la formation professionnelle.

Révision des programmes


Créé en 1966, l'établissement forme en 2, 3 ou 4 années des professionnels appartenant au secteur des assurances ou des non-professionnels. A partir de 1991, une nouvelle réforme au niveau des conditions de recrutement a été instaurée. Les critères de sélection ont été relevés, pour les professionnels, du bac au bac plus 5 années d'expériences. Pour les non-professionnels, le bac plus 2 est désormais nécessaire. Le concours d'entrée comporte une épreuve avec étude préalable du dossier. La formation s'étale sur une durée de 2 à 4 ans. La première année est un tronc commun qui initie à tous les aspects de l'assurance ainsi qu'à quelques notions de droit. La spécialité, abordée en seconde année, concerne soit les branches assurance vie, maritime et transport, soit l'incendie et les risques d'entreprise. Dans un autre tronc commun sont réunis la réassurance, la réglementation et le droit. Ainsi, lorsqu'une spécialité est achevée, l'étudiant peut en entamer une autre. Le cursus est sanctionné par un diplôme professionnel d'assurances."Les options les plus prisées restent, il est vrai, celles de l'incendie, des risques techniques et de la branche maritime», précise M. Jean Lucien Tuau, conseiller de la FMSAR.

Le corps professoral est choisi en fonction des compétences, mais surtout en fonction des disponibilités. Il s'agit pour l'essentiel de professeurs d'université, de hauts cadres d'assurances et de finances. Un budget d'un million de DH est alloué par la Fédération à l'école, ce qui permet aux élèves de régler des frais de scolarité s'élevant à 500 DH par mois. En outre, la Fédération octroie aux lauréats une prime de technicité équivalant à 180 DH.
Dans le but d'adapter les formations de spécialités aux besoins actuels, une formation continue est prévue. Objectif: permettre aux professionnels comme aux non-professionnels de se maintenir au niveau.o

Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc