×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Assurances : La Compagnie Atlantique lance une "omnirisque"

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    Avec un nouveau produit multirisque, la compagnie Atlantique cherche à pénétrer un marché que les "grandes" compagnies d'Assurances croyaient se réserver, et sur lequel la concurrence est déjà rude. C'est pourquoi, elle annonce le "plus" sur le nom de son nouveau produit "Multiplus", qu'elle distingue en le qualifiant d'assurance "omnirisque".

    Il s'agit pour la compagnie Atlantique d'offrir à sa clientèle PME/PMI/ Professions libérales une formule simplifiée, pour s'assurer simultanément, et à la carte, pour des risques classiques (incendie, des eaux, RC, bris de glace) et des risques plus nouveaux (bris de machine, de matériel informatique ou électronique).

    L'assuré, surtout PME qui ne dispose pas d'un service administratif, voit les "tracas" administratifs réduits à une police, une prime, une quittance... Il gagne sur le coût des primes à part l'incendie, dont les tarifs sont homologués, la compagnie consent un "effort" sur les autres risques, qui auraient été facturés plus cher, s'ils avaient été placés séparément.

    La compagnie y trouve aussi son compte, en vendant un pacquage de produits à la demande variable. Les intermédiaires, agents et courtiers qui sont chargés de "distribuer" ce produit, seront réunis pour des séances de formation, surtout qu'ils auront délégation pour établir les contrats, calculer les primes par combinaison de tarifs en fonction des risques choisis, de l'activité de l'assuré, un concours sera organisé, primant l'intermédiaire qui aura placé le plus de contrats. Cette formation-promotion sera renforcée dans quelques jours par une campagne publicitaire très ciblée, à travers quelques journaux sélectionnés pour leur impact.

    Un autre effort commercial porte sur "l'emballage" du produit. Physiquement, la police ne se présente plus comme ces cahiers rébarbatifs, au papier transparent et aux caractères illisibles, au point où les assurés y voyait l'intention des compagnies d'en perturber la lecture. L'omnirisque "Multiplus" est couché sur papier glacé blanc et agrémenté de couleurs vives. La police prend la forme d'un catalogue publicitaire. Sur le fonds, les conditions générales sont plus qu'un contrat, un guide, pour initier le client.

    Didactique, il éclaire le profane sur le jargon de l'assurance: il explique ce qu'est un "apériteur", une "échéance", une "franchise". Un cahier "conditions spéciales" est établi pour chaque catégorie de risque: le souscripteur ne lit que celles qu'il choisit. Une conception à entrées multiples, qui semble inspirée par la séquence des progiciels avec leurs "menus".

    Dans sa présentation comme dans son concept, ce nouveau produit n'est pas fortuit. Préparé pendant 6 mois il est de "conception locale", insistent les dirigeant de la compagnie Atlantique. Il s'inscrit dans un mouvement "de refonte et de création des produits", entamé depuis un an, et qui vient en complément d'une restructuration interne, de l'assainissement du réseau d'intermédiaires. Multiplus fait suite à d'autres couvertures Menzili Media récemment lancé... et en annonce d'autres, probablement baptisés avec la lettre M.

    K.B.




    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc