×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Asset Management
    Wafa Gestion confirme son leadership

    Par L'Economiste | Edition N°:2569 Le 13/07/2007 | Partager

    . La société de gestion notée M2 Strong. La dette privée constitue une classe d’actifs importanteLe leader de la gestion d’actifs au Maroc vient d’être récompensé par l’agence de notation internationale FitchRatings. M2 strong, c’est la note obtenue par la filiale d’Attijariwafa bank sur une échelle de cinq notes échelonnées de M5 pour la note la plus faible à M1 pour la plus forte. À travers cette distinction, Wafa Gestion garantit à ses clients une gestion sécurisée et transparente. « L’usage de la notation dans la réglementation des marchés de capitaux assure la protection des investisseurs», a rappelé Ikbel Bedoui, directeur général de Fitch North Africa lors de la VIIIe édition de son séminaire institutionnel organisé par Wafa Gestion à Hammamet en Tunisie, sous le thème: «Dette privée: opportunité de financement et source de valeur». «La notation ne constitue aucunement un exercice de scoring, en ce sens où l’agence de notation adopte une approche plutôt prospective», poursuit-il. D’ailleurs, l’objectif de la note est de «prévoir la capacité de l’entreprise à faire face à ses échéances futures» tout en fondant son analyse uniquement sur des éléments structurels neutralisant de facto les facteurs purement conjoncturels. Il s’agit après tout d’arriver à une qualité « prédictive » de la note, d’où la difficulté de l’exercice. Le cours des instruments de la dette varie non seulement en fonction de l’évolution des taux d’intérêt mais également de la qualité de la signature de l’émetteur. Sur les marchés dits «matures», l’usage de la notation est largement répandu tant sur les marchés de capitaux que dans le domaine bancaire. La dette privée, bien qu’elle constitue une classe d’actif importante, reste insuffisamment développée sur le marché secondaire. La structure de son encours est dominée par les obligations qui constituent, fin avril, environ 48% de l’encours global. Rappelons que l’émission de cette catégorie a connu un essor significatif depuis 1997. Cette évolution est dûe à l’attrait que présente la dette privée. En effet, «outre le financement de la croissance et l’optimisation des coûts de financement, l’appel au marché permet également d’améliorer la position de négociation vis-à-vis des créanciers, d’inscrire la prime de risque de l’émetteur sur le marché et de réaliser une importante opération de communication», précise Anas Berrada Sounni, directeur général d’Attijari Finances Corp. Said MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc