×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Assabah bientôt en kiosque

Par L'Economiste | Edition N°:734 Le 28/03/2000 | Partager

. La parution est prévue pour la mi-avril

. Les équipements sont en place, les journalistes recrutés et les premiers reportages lancés


Talha Jibril retrouve son sourire malicieux. Les premières pages d'Assabah sortent sur des imprimantes: il ajuste le logo, corrige un titre, change une photo. Le briscard de la presse arabophone fignole sous l'oeil critique de ses jeunes journalistes et techniciens. Tout doit être rodé, jusqu'à la moindre virgule, pour la deuxième semaine d'avril.
Les essais apportent une sérénité à l'équipe constituée pour le lancement d'un quotidien indépendant en langue arabe. Ce qui était, il y deux mois, un plateau de bureaux poussiéreux est aujourd'hui une salle de rédaction. Nous sommes au quatrième étage du 201, Bd de Bordeaux, à Casablanca. La Rédaction de L'Economiste, le grand frère, édité par la même société, Eco-médias, est au troisième. Le grand frère? Pour un temps! Talha Jibril et les 15 jeunes journalistes d'Assabah ont des ambitions: 50.000 exemplaires dans un premier temps, puis 200.000 rapidement. Pour qui sait être professionnel, les perspectives sont larges avec un quotidien généraliste, qui traitera de politique, de société, de culture, de sport. Bien sûr, l'économie aura sa place, sous l'angle de l'activité des secteurs et de la consommation.

Tout cela s'étalera sur seize pages grand format, dont la vitrine (la première et la dernière pages en jargon journalistique) en couleur. Il y aura donc de la lecture dans un arabe classique épuré des fioritures, et des envolées poétiques. Déjà, dans les premiers reportages qui tombent, la phrase est courte, le mot précis. La règle est «une ligne, une information». Pas de dissertation universitaire. Ce sera un journal de faits, pas de commentaires, à tel point que l'éditorial a été supprimé.
C'est une petite révolution dans la presse arabophone fondée sur le militantisme et les plumes littéraires. Ici, pas d'écrivain mais des journalistes, relus bien sûr par un linguiste, qui veille à la correction de la langue.
Au passage, la barrière linguistique est bousculée: les journalistes retenus écriront en arabe, mais intervieweront, et même penseront s'il le faut en français, anglais ou espagnol. Ils ont été sélectionnés avec des cursus variés.
Petit détail forçant à la modernité, et pour la première fois dans un journal arabophone: tous les journalistes écriront leurs articles directement sur ordinateur, des I-Mac en l'occurrence. Quatre techniciens en informatique et un photographe chevronné complètent l'équipe.
Assabah, conçu et réalisé sur des concepts professionnels anglais devrait faire sa place dès les premiers jours. Son lancement sera soutenu par une campagne de publicité sur les colonnes de ses confrères et à la radio. La campagne ciblera ses lecteurs potentiels, qui sont les acteurs politiques et sociaux dynamiques, les jeunes, et les femmes actives.

Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc