×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Après une hausse jusqu'au mois de mai : Les cours du coton se calment

    Par L'Economiste | Edition N°:143 Le 01/09/1994 | Partager

    Les échanges internationaux de coton devraient connaître un nouveau développement au cours de la prochaine campagne qui s'achèvera en juillet 1995, à en croire les experts du Comité international du coton (Ccic) et le Département américain de l'Agriculture (USDA).

    Le Comité consultatif international du coton (Icac) prévoit pour la campagne, qui vient de se terminer en juillet, une récolte de 17,23 millions de tonnes contre 17,97 millions en 1992-1993.

    Cette récolte contraste avec une consommation appelée à progresser de 2,8% à 19,12 millions de tonnes.

    La différence entre l'offre et la demande peut être comblée par des stocks mondiaux jugés élevés. Ils devraient s'établir cette année à 7,88 millions de tonnes.

    Selon des experts, ce niveau de stock n'est plus censé assurer l'approvisionnement sans à-coup du marché durant six mois.

    Début août 1994, alors que les plantations allaient bon train en Afrique, en Asie et aux Etats-Unis, le coton valait 5,43 Francs le kilo, selon l'indice Liverpool. Depuis près de trois mois, les cours baissent en raison notamment d'un recul de la demande de la part de la filature, qui avait maintenu ses achats jusqu'au mois de mai pour les réduire ensuite.

    Le redressement des cours avait commencé à la fin de l'été 1993, lorsque les prévisions de récoltes s'étaient révélées déficitaires par rapport à la demande mondiale, et ce, pour la troisième campagne consécutive. De décembre 1993 à la mi-février, le prix du coton avait augmenté de 45%.

    En France, par exemple, l'indice pondéré du coton était passé de 8,74 Francs le kilo en décembre 1993 à 10,20 Francs le mois suivant, puis à 11,60 à la mi-février.

    Au début de l'année, des experts avaient affirmé que les cours avaient de fortes chances de continuer à monter puisque la Chine, qui détient 35% de la récolte, "s'amusait" alors à ralentir ses exportations par "des tracasseries administratives ou de transport", avait indiqué la presse étrangère. Selon un importateur, les Chinois voulaient "tirer le meilleur parti de la hausse".

    Les associations cotonnières, notamment française (Afcot), s'étaient plaintes de voir les "tracasseries chinoises" s'ajouter à des mesures contraires au Gatt, pratiquées successivement par la Turquie, puis le Pakistan et enfin l'Inde. Début janvier, la Turquie avait en effet décidé d'augmenter, rétroactivement, sa taxe à l'exportation de 60 cents alors que le kilo de coton se situait entre 70 et 75 cents.

    Quelques jours après, le Pakistan suspendait ses exportations, suivi de l'Inde qui en a fait de même.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc