×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Après quatre années de pertes : Iveco prévoit de retourner aux bénéfices en 1994

    Par L'Economiste | Edition N°:154 Le 17/11/1994 | Partager

    IVECO, la filiale poids lourds de Fiat, table cette année sur des résultats "légèrement" bénéficiaires, après quatre années de pertes. Le retour aux bénéfices, explique Le Figaro, s'appuiera sur la reprise du marché européen contrôlé à 20% par le constructeur italien, ce qui lui confère le deuxième rang européen derrière l'Allemand Mercedes. Il devra également résulter de l'effet conjugué de la restructuration engagée par le groupe depuis deux ans et du renouvellement de sa gamme. "Nous avons vendu 50.700 camions au premier semestre (pour une production de 57.707 unités), soit une progression de 13,6% par rapport à la même période de 1993, et nos commandes progresseront encore plus vite", a déclaré M. Giorgio Frasca, PDG de Fiat France et d'Iveco France. Et d'ajouter: "nous passerons le cap des 100.000 unités, toutes gammes confondues", contre 90.830 l'année dernière.

    Pour grignoter d'autres parts de marché, Iveco poursuit le rajeunissement de sa gamme tout en misant sur les moteurs qu'il a produits au nombre de 124.500 au cours du premier semestre. Le constructeur vient d'ailleurs de confirmer un investissement de 1,7 milliard de Francs d'ici à 1997 dont 510 millions en 1994 dans son usine française de Bourbon-Lancy, en Saône-et-Loire. D'une capacité de 32.000 moteurs par an, ce site va être réaménagé pour recevoir une nouvelle ligne de production. Il y sera fabriqué trois nouvelles familles de moteurs Diesel de six cylindres en ligne satisfaisant aux normes antipollution européennes. Ces moteurs, qui porteront la capacité du site à 42.000 moteurs par an. sont destinés aux gammes moyennes et lourdes et ont été développés en commun avec le Japonais Nissan, souligne Les Echos.

    La production de l'usine réaménagée sera totalement destinée aux usines d'Iveco en Europe et notamment à celles de Pegaso en Espagne.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc