×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    AMO: Le projet renvoyé aux calendes grecques

    Par L'Economiste | Edition N°:749 Le 18/04/2000 | Partager

    . Promis pour le 31 mars, le rapport du comité d'experts n'a toujours pas été remis

    . Les représentants du secteur médical comptent se réunir le 28 avril


    LE dossier de l'assurance-maladie obligatoire piétine. Le comité d'experts devait remettre son rapport au Premier ministre depuis une vingtaine de jours déjà. Encore une fois, ce projet tant attendu accuse du retard. En attendant, les salariés n'ont qu'à prendre leur mal en patience. Les concertations sur la couverture médicale généralisée durent depuis une décennie, ce qui maintient le doute quant à l'aboutissement du projet.
    Le comité d'experts dont les travaux n'ont pu être bouclés avant la date buttoir semble avoir du mal à trouver un consensus. A rappeler que M. Abderrahman Youssoufi avait fixé la date du 31 mars dernier comme dead-line.

    "Vu la complexité du dossier, le comité d'experts avait besoin d'un peu plus de temps", déclare une source proche du dossier. Et de poursuivre que "le rapport sera transmis au Premier ministre dans les jours à venir". Aucune date n'est avancée. D'après certaines sources, un délai supplémentaire de dix jours est accordé au comité. "Les travaux seront présentés avant la fin de la semaine prochaine".
    Pour l'heure, ils sont entourés de la plus grande confidentialité. "Nous som-mes tenus de respecter les directives du Premier ministre", déclare un membre du comité. Le gouvernement ne veut pas rentrer dans des polémiques. Il faut d'abord trancher sur des questions aussi importantes que le montage institutionnel, et surtout le financement. Une fois ce cap dépassé, le projet sera en principe soumis à l'appréciation des différentes parties concernées. Il s'agit d'un passage obligé. Les différents partenaires sont prêts à se battre bec et ongles. En témoigne la série d'offensives et contre-offensives ayant opposé les assureurs privés à la CNSS l'année dernière.
    Durant le prochain round de négociations sur l'AMO, le corps médical qui a brillé auparavant par son absence, pourrait prendre position sur ce dossier. D'ailleurs, un atelier à huis clos, organisé par la Société des Sciences Médicales, doit se tenir le 28 avril prochain. Les représentants des différentes institutions du secteur doivent prendre une décision. Du moins, c'est ce que tout le monde espère.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc