×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Aménagement des voiries
    Vitrine ou démagogie électorale?

    Par L'Economiste | Edition N°:3025 Le 15/05/2009 | Partager

    . Les travaux n’interviennent qu’à quelques semaines des élections . Une grande part du budget communalBulldozers, niveleuses, bennes à asphalte… Qui de nous n’a pas constaté au bout de chaque rue de sa ville ce grand ballet d’engins de travaux publics qui a commencé il y a à peine quelques semaines? Brusquement, nos élus se sont rendu compte que les rues et artères des villes et centres urbains qu’ils gèrent ont besoin de cures de jouvence. Echéances électorales obligent, l’on s’est mis finalement au boulot. C’est que les électeurs et les citoyens de manière générale doivent garder en mémoire l’image du travail accompli. De la poudre aux yeux, en fait, le citoyen n’étant point dupe. Sur les terrasses des cafés, dans les discussions familiales, il n’est question que des travaux de réfection des voiries, de carrelage des trottoirs et d’autres travaux qui auraient pu être entamés depuis quelques années déjà. Mais le timing espéré par les citoyens ne coïncide pas, on le sait, avec celui programmé par les élus. Certes, comme l’a affirmé notamment Mohamed Sajid, président du Conseil de la ville de Casablanca, il faut entre trois à quatre ans pour qu’un projet entre dans sa phase d’exécution. Certes, la lourdeur des procédures, la lenteur administrative et la quête des financements handicapent sérieusement la mise en œuvre de nombreux projets. Cependant, force est de constater que la responsabilité des élus dans ces retards est entièrement engagée. En plus clair, les projets ne sont pensés qu’après l’installation des conseils. Or, la bonne gouvernance et encore plus le bon sens exigent que les élus entament leur mandat avec un programme bien tracé. Encore faut-il qu’ils en aient un.A moins d’un mois des élections communales (12 juin prochain), la frénésie des travaux de «rafistolage» n’a donc d’égale que la précipitation dans l’exécution. On bouche les trous et autres nids-de-poule comme on peut. On repasse les couches de goudron à la va-vite. Résultat: de belles chaussées toutes noires qui ne tarderont pas à reprendre leur aspect initial dès les premières pluies. Mais d’ici là, les jeux auront été faits et les nouveaux/anciens élus auront repris leurs places dans les conseils communaux.Paradoxalement, le citoyen a souvent la mémoire courte et, de ce fait, il assume lui aussi sa part de responsabilité dans ce qui lui arrive. Remettre une couche d’asphalte à la rue qu’il habite semble lui suffire. Il dira que finalement «ils» ont quand même servi à quelque chose ces élus. Réaction, somme toute normale, de nombreux citoyens ne voyant pas plus qu’au-bout de leur rue. Curieusement aussi, les plus grands chantiers d’aménagement ou de réaménagement d’artères et de rues sont le fait des pouvoirs publics et non des collectivités locales dont c’est l’une des responsabilités. La mise à niveau des voiries dans différentes villes est, en effet, à mettre à l’actif de walis et de gouverneurs. Et quand ce n’est pas le cas, elle est l’œuvre de conseils régionaux et non point des communes. Certes, les conseils sont eux aussi des corps élus, mais leur responsabilité est engagée à plus grande échelle et non à celle de la commune. Finalement, n’aurait-on que les élus que l’on mérite ? Certainement, tant que les électeurs continuent à bouder urnes et scrutins.J. EL HERRADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc