×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Aménagement des voiries
    Tanger reconquiert son espace public

    Par L'Economiste | Edition N°:3025 Le 15/05/2009 | Partager

    . 46 kilomètres mis à niveau. Des «sites propres» réservés aux busLa voirie est l’un des chantiers sur lesquels la ville de Tanger a connu une avancée notable durant les dernières années. Malgré son architecture et le tracé qui en faisaient l’une des villes les plus modernes lors des dernières décennies, l’attentisme et l’absence d’initiatives ont cependant maintenu au statu quo son réseau urbain. La nouvelle équipe, arrivée à la mairie en 2003, n’a réellement commencé à travailler sur ce chantier qu’en 2005 avec la nomination de Mohammed Hassad, wali de la région. Depuis, ce sont environ 2,1 milliards de DH qui ont été budgétisés au titre de la rubrique voirie au niveau de Tanger. C’est donc en 2005 que démarre un programme «prioritaire» de mise à niveau urbaine de toute la ville. Un budget de 228 millions de DH lui a été consacré. De mémoire deTangérois, jamais un tel montant n’avait été annoncé; mieux encore, jamais il n’a été aussi apparent. La voirie s’y taille une belle part puisqu’elle a absorbé près de 114 millions de DH qui ont permis la mise à niveau de 46 kilomètres linéaires.L’un des premiers «bastions», qui résistaient encore à toute mise à niveau, était le secteur balnéaire de la ville. Il a été aussi le premier à céder. C’est le secrétaire général de la wilaya en personne qui menait les travaux de démolition des constructions «anarchiques» qui dénaturaient le site. L’objectif était de réconcilier la ville avec sa plage et sa corniche qu’elle redécouvrait à nouveau. La deuxième étape a été la mise en place d’une large promenade qui s’étend sur près de 5 kilomètres vers la baie de Tanger. Le budget total pour cette action a été de 35 millions de DH. D’ailleurs, les travaux s’y poursuivent toujours et il est prévu d’y installer, à côté de l’hôtel Tarik, des espaces de jeux dont une piste de skateboard et un terrain de mini-foot. Ce premier programme prioritaire répondait à un besoin urgent de requalification de la ville, selon la wilaya de Tanger. La ville du Détroit atteint une autre dimension en 2006. C’est alors qu’un programme de mise à niveau d’un montant de 705 millions de DH est lancé sur la période 2006-2009. A nouveau, la voirie s’arroge une grosse part avec 393 millions de DH répartis sur 4 ans. Au terme de ce programme, un autre plus ambitieux est lancé. Il est doté d’un financement plus conséquent, 2,46 milliards de DH, et il entend donner plus de place aux quartiers périphériques. En effet, près de la moitié de l’investissement est dédié à la seule commune de Bni Makada, soit 1,2 milliard de DH. Les trois autres communes de Tanger devront se partager 860 millions de DH alors que la Médina se verra réserver 130 millions de DH. Parmi les actions prévues à Bni-Makada, outre le ravalement des façades et la remise à niveau de l’éclairage public, on retrouve la voirie de proximité. Pour ce dernier point, qui concerne les ruelles et les voies secondaires et tertiaires, il s’agit de paver ou goudronner 160 kilomètres, pour un coût estimé à 400 millions de DH. Ce ne sont pas moins de 62.000 personnes qui devront en profiter. En parallèle, de nouvelles voies de circulation seront créées au sein de cette commune. Il s’agit de 46 kilomètres de routes dont une voie de contournement qui devra relier les routes de Rabat et de Tétouan et de désengorger le centre-ville. Pour ce programme, un investissement conséquent de 540 millions de DH est prévu. Un intérêt particulier est accordé par ce plan à la mobilité et à la circulation routière. Une nouveauté: la mise en place prévue, pour la première fois au Maroc, de «sites propres». Il s’agit de voies ou de passages exclusivement réservés aux transports en commun. Deux lignes sont prévues et vont traverser la ville de Tanger. 20 kilomètres de voies seront aménagés dans un premier temps. Le coût global est de 90 millions de DH. La circulation au niveau de la ville sera elle aussi revue. Des giratoires et de nouveaux carrefours à priorité perdue seront mis en place. Le budget total alloué à ce projet est de 80 millions de DH.


    Bouches d’incendie… sans eau!

    Quelque 524 bouches d’incendie ne sont pas opérationnelles à Tanger faute d’alimentation en eau. Le programme de remise à niveau de la ville prévoit de les remplacer pour un montant global de 3 millions de DH et d’y ajouter 1.250 autres poteaux grâce à une rallonge supplémentaire de 15 millions de DH. Deux centres pour la Protection civile viendront compléter ces actions en matière de sécurité. Ils seront installés à Dradeb et à Gzenaya pour un montant de 27 millions de DH. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc