×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Aménagement des voiries
    Rabat: 2 milliards de DH pour la mise à niveau

    Par L'Economiste | Edition N°:3025 Le 15/05/2009 | Partager

    . 500 km de voies concernés. 6 giratoires pour faciliter la circulation Durant ces dernières années, les villes de Rabat, Salé et Témara ont bénéficié de programmes de mise à niveau de leurs infrastructures, notamment la voirie, dont la grande partie se trouvait dans un état délabré. Pour la capitale, près de 240 millions de DH ont été mobilisés pour l’aménagement ou la réhabilitation d’environ 120 km de voirie durant la période 2003-2008. Ces travaux ont été focalisés sur les grandes artères et boulevards comme les avenues Mohammed V et Allal Benabdallah. Sans oublier les travaux d’aménagement en cours depuis des mois au niveau de l’avenue Hassan II sur une longueur de 13 km. «Dans le cadre de ce programme, on a touché plusieurs quartiers populaires à Yakoub Al Mansour et Youssoufia qui n’avaient bénéficié d’aucune intervention depuis plus de deux décennies», souligne un ingénieur de la wilaya. Ce dernier tient à signaler l’aménagement de 6 giratoires pour faciliter la circulation au niveau de certaines zones critiques de la capitale. Toujours dans le même registre, la commune a programmé l’élargissement du pont reliant Hay Al Fath à Hay Ryad. Les travaux d’aménagement des bretelles viennent d’être achevés. Ceux concernant l’ouvrage, seront entamés prochainement. Le coût global du projet avoisine les 60 millions de DH. Il sera financé dans le cadre d’un partenariat entre la ville et certains établissements publics comme l’ONCF et la Direction régionale de l’équipement. Parallèlement à ces travaux, la ville de Rabat a dépensé près de 28 millions de DH pour assurer l’entretien du réseau routier durant la période 2003-2008. On doit noter que le coût de maintenance a été doublé pour atteindre près de 7 millions de DH en 2008. La ville s’est engagée également dans la modernisation de son système de signalisation routière au niveau de 60 ronds-points pour un coût d’investissement de près de 35 millions de DH. «Il s’agit d’un système très moderne de consommation économique d’énergie avec des lampes d’une durée de vie très longue», souligne un ingénieur de la commune. La gestion de ce système sera centralisée au niveau d’une salle de trafic située dans les bâtiments de la Sûreté nationale. Outre les travaux de voirie, le plan de mise à niveau porte également sur l’éclairage public. Près de 215 millions de DH ont été mobilisés durant cette période pour la mise en place de 120 km de câbles électriques et 3.500 poteaux d’éclairage. Notons enfin que l’enveloppe consacrée pour la mise à niveau de la capitale dans le cadre d’un plan triennal s’élève à 1,48 milliard de DH. La participation de la commune à travers ses fonds propres a été de 322 millions de DH. A cela s’ajoute un prêt de 475 millions de DH contracté par la ville auprès du Fonds d’équipement communal. Un peu moins, soit 456 millions de DH, ont été accordés par le ministre de l’Intérieur. Le reste a été financé par d’autres partenaires. A Témara, l’on essaie de rattraper le retard en matière d’infrastructures pour permettre à cette zone de devenir un nouveau pôle urbain plus attractif, au niveau de la région. Pour ce faire, une enveloppe de plus de 360 millions de DH a été mobilisée pour financer un programme de mise à niveau (2008-2010) au profit des différentes communes de la préfecture Skhirat-Témara. Ainsi, 140,50 millions de DH ont été accordés par la Direction générale des collectivités locales (DGCL). Alors que la contribution de la préfecture et des communes de la région s’est élevée à 100 millions de DH. Le reste a été financé par d’autres sources (110,22 millions de DH) et le Fonds d’équipement communal (12,36 millions de DH). Ce programme a permis de désenclaver la majorité des communes situées dans le monde rural.


    Future corniche de Salé

    «Pour la mise à niveau de notre ville, nous avons dépensé 477 millions de DH au lieu des 400 millions programmés initialement, soit une réalisation de 119%», souligne Driss Sentissi, président du conseil municipal de Salé. Ce budget a permis l’aménagement et l’élargissement de près de 480 km de voirie dans les différents quartiers de la ville. Il y a lieu de citer également la construction de la route Mehdia qui deviendra la future corniche de Salé le long de l’Atlantique en direction de Bouknadel. Les travaux y sont bien avancés. Cette mise à niveau de la voirie a été accompagnée par un programme de rénovation et d’extension du réseau d’éclairage public avec la pose de 12.000 lampadaires. Le coût de l’opération dépasse les 70 millions de DH.Nour Eddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc