Economie Internationale

Allemagne: un budget 93 austère

Par L'Economiste | Edition N°:37 Le 09/07/1992 | Partager

Le gouvernement d'Helmut Kohl a adopté la semaine dernière le projet de budget de son Ministre des Finances pour 1993.
D'un volume de 435,7 milliards de Marks, ce projet limite l'accroissement des dépenses à 2,5% et prévoit de réduire le recours à l'emprunt à 38 milliards de Marks contre 42,7 milliards cette année. Ce qui représente une baisse en termes réels, puisque la hausse des prix pourrait se situer entre 3 et 3,5% l'an prochain.
Grâce à ce budget d'austérité, le gouvernement allemand entend atténuer les critiques de ses partenaires européens à l'égard de l'envolée du déficit des finances publiques allemandes depuis l'unification avec l'ex-RDA.
En dépit de ce programme d'austérité, qui devrait se poursuivre jusqu'en 1996, lorsque le déficit sera ramené à des proportions "plus raisonnables" (25 milliards de Marks pour un budget de 460 milliards), les banquiers de Francfort prévoient que le déficit des finances publiques devrait continuer à croître pour atteindre, en 1995, près de 60% du PIB, cette année, la hausse des salaires dans la fonction publique d'au moins 5% étant exclue.
Helmut Kaiser de la Deutsche Bank rappelle que, parallèlement, "le poids de l'endettement de l'ex-RDA continuera de croître pour s'élever à la fin de l'année prochaine à 100 milliards de Marks". En outre, le déficit de la Treuhandanstalt, l'Office chargé de l'assainissement et de la privatisation des entreprises Est-allemandes, devrait atteindre d'ici à 1995 un montant encore plus important, soit 200 milliards de Marks.
Les sociaux-démocrates, mais aussi certains membres du parti du Chancelier Kohl, estiment que la seule issue est de recourir à de nouvelles augmentations d'impôts. L'impôt de solidarité sur tous les revenus salariés, mis en place l'an dernier, devant être supprimé au cours de ce mois, ils proposent de le compenser par un alourdissement de la fiscalité qui ne frapperait que les hauts revenus. Proposition rejetée par Theo Waigel, le Ministre des Finances. "La dette publique allemande pourra être financée en grande partie par l'épargne nationale qui a atteint, pour la seule année 1991, 267 milliards, de Marks, affirment avec optimisme les banquiers."Les marchés financiers internationaux n'ont rien à craindre", ajoutent-ils.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc