×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

ALE UE-Mercosur: Le Brésil critique l’offre européenne

Par L'Economiste | Edition N°:1866 Le 01/10/2004 | Partager

. Elle est jugée en deçà des aspirations du MercosurLe gouvernement brésilien a estimé mercredi 29 septembre que la proposition faite par l’Union européenne au Mercosur pour la mise en application d’un accord de libre-échange entre les deux entités est insuffisante. Dans un communiqué, le ministère brésilien des Affaires étrangères souligne que l’offre européenne «est en dessous des niveaux quantitatifs qui avaient été indiqués par la partie européenne lors de la réunion tenue ce mois de septembre à Bruxelles». Pour le Brésil, un accord ne sera possible que s’il apporte des avantages pour les deux parties. Tel qu’elle se présente actuellement, la proposition européenne «implique des concessions très importantes pour le Mercosur, sans la contrepartie nécessaire en concessions équivalentes de la part de l’UE». A noter que Bruxelles a déposé mercredi, après consultation des Etats membres de l’Union, son offre améliorée au Mercosur à un mois de la date limite du 31 octobre fixée pour conclure cette négociation. Cette offre indique notamment que les tarifs douaniers européens seraient éliminés sur 65% des produits importés du Mercosur dès la signature de l’accord, 9% seulement du total bénéficiant d’une période de transition de dix ans. Dans le domaine agricole et agroalimentaire, l’UE s’engage «à éliminer ou réduire les tarifs sur toutes les importations du Mercosur», indique le communiqué de la Commission. Quant aux services, l’UE promet aux fournisseurs du Mercosur un libre accès à tous les services commerciaux, qui représentent quelque 50 à 55% de son PIB. En ce qui concerne les commandes publiques, l’UE ouvre au Mercosur un marché de 200 milliards d’euros. Mais elle subordonne l’ouverture des marchés de l’alimentation et des boissons, de textile et de l’habillement et du secteur aéronautique à une amélioration de son offre par le Mercosur. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc