×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    ALE Maroc-USA
    Télécoms: Les enjeux pour le secteur

    Par L'Economiste | Edition N°:1729 Le 19/03/2004 | Partager

    . Plus de compétitivité en faveur de… l'abonné. Augmentation de la part du marché, création de nouveaux emplois, éventail large des prestations… les opportunités «Un climat concurrentiel sain»… C'est ce vers quoi devraient aboutir les dispositions de l'accord de libre-échange dans les télécoms. L'enjeu est de donner aux nouveaux venus sur le marché marocain la possibilité de bénéficier d'avantages leur permettant d'offrir des services dans les meilleures conditions. Et par ricochet, valoriser les potentialités du secteur ainsi que les investissements américains au Maroc. A coup sûr, l'arrivée de nouveaux opérateurs contribuera non seulement à augmenter la taille du marché, mais également à créer de nouveaux emplois et de la valeur ajoutée. D'un autre côté, cela permettra aux opérateurs existants d'améliorer leurs prestations, de devenir plus compétitifs et de s'aligner sur les standards internationaux. Ce qui profitera in fine à l'abonné. Et ce, en élargissant l'éventail des prestations et services offerts à des prix abordables. A terme, cela devrait profiter à la productivité, la mise à niveau et la compétitivité des entreprises marocaines aussi bien sur le plan national qu'international. La position géostratégique du Royaume est un atout pour lui permettre de devenir une plate-forme pour l'accès aux pays arabes, africains et européens. La négociation de l'accord tombe à point nommé pour ce secteur stratégique, puisqu'elle coïncide avec la révision de la réglementation nationale des télécoms et leur mise à niveau. Ce qui devrait permettre de tenir compte des nouveaux concepts internationaux proposés par l'accord. Par ailleurs, «les engagements du Maroc pour la libéralisation des télécoms ont été renforcés et consolidés par les dispositions de l'ALE», rassurent les opérateurs. Et ce, dans la mesure où les dispositions de l'accord stipulent la mise en oeuvre de modalités d'accès au marché et de l'utilisation des infrastructures.De l'autre côté, les investisseurs marocains qui manifestent de l'intérêt pour le pays de l'Oncle Sam devront profiter des opportunités larges et diversifiées que leur offre l'ALE. Quant au volet du commerce électronique, le Maroc a pu obtenir l'exonération de droits de douane pour les importations de produits numériques. 


    Diversité culturelle

    Le Maroc a tenu à prendre en considération ses engagements bilatéraux et/ou internationaux, notamment en matière de diversité culturelle et de communication. Et cette diversité est censée rester préservée dans le cadre des engagements avec les Etats-Unis. Pour ce qui est de l'audiovisuel, des mesures ont été prises dans le souci de maintenir la possibilité de réglementer le secteur. La partie marocaine pourra accorder des préférences aux fournisseurs marocains de services (traitement national) qui ne seront pas nécessairement élargies aux étrangers. Il s'agit notamment de préférences à la production nationale dans le cadre d'un cahier des charges. Par ailleurs, la partie marocaine pourra également imposer la condition de présence locale pour la commercialisation et distribution de services transfrontaliers.Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc