×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    ALE Maroc-USA
    Jettou prépare les mesures d'accompagnement

    Par L'Economiste | Edition N°:1724 Le 12/03/2004 | Partager

    . Une série de rencontres devraient réunir le Premier ministre avec les professionnels . Aucun article, voire aucune phrase ne peuvent être modifiésAu moment où les différents volets de l'accord de libre-échange Maroc Etats-Unis sont examinés par les membres du Congrès américain, le Parlement marocain doit se pencher, à son tour sur cet accord, à l'ouverture de la session du printemps, en avril. “Une formalité”, jugent certains parlementaires. Selon la Constitution marocaine, le Parlement doit approuver l'accord sans lui apporter des modifications. Mais ce n'est qu'après un passage au Conseil du Gouvernement que cela sera possible. Chose faite, puisque la semaine dernière l'accord a été soumis au Conseil du Gouvernement, et c'est au tour du prochain Conseil des Ministres de l'examiner et l'approuver. Sur ce plan, le Premier ministre Driss Jettou doit rencontrer les professionnels des différents secteurs concernés par l'accord. La première, prévue hier, est réservée aux textiliens. Il est question de préparer les mesures d'accompagnement pour que l'entrée en vigueur de l'accord se fasse sans heurts. . Différents volets “Il ne s'agit pas seulement des mesures concernant l'ALE Maroc-USA, mais cela touche également la zone de libre-échange avec les pays arabes dans le cadre de l'accord d'Agadir”, a déclaré à l'Economiste Nabil Benabdellah, ministre de la Communication.Après l'adoption de l'accord par les deux Conseils, l'accord doit arriver sur le bureau du Parlement qui le soumettra à la commission des Affaires étrangères et de la Défense nationale. Le président de cette commission, Abderrahmane Matioui, parle d'une procédure ordinaire: “Nous examinerons les différents volets de l'accord et exprimerons nos opinions”. Seulement, aucun article, voire aucune phrase ne peuvent être modifiés. C'est la même procédure suivie aux Etats-Unis où le même sort est réservé à l'accord. Cette procédure, dénommée Fast Track, prévoit l'approbation de l'accord ou son rejet par le Congrès, tel qu'il est. Les discussions, au sein de la commission, une fois bouclées, l'accord est présenté aux parlementaires pour son adoption en séance plénière. Mais il ne faut pas s'attendre à un branle-bas de combat. Certes, les élus peuvent exprimer leurs craintes comme leurs enchantements de la conclusion de cet accord, sans plus. Les traités et les conventions conclus par le gouvernement ne subissent aucune modification, affirme Driss Lechgar, président du groupe parlementaire de l'USFP. Dans l'hémicycle, les différentes tendances politiques auront l'occasion de s'exprimer sur cet accord. Rappelons que la plupart des partis politiques ont salué l'accord par le biais de journées d'études qui ont été organisées pour le décortiquer. Et hormis quelques associations qui sont montées au créneau lors des négociations pour exprimer leurs craintes concernant certains volets, les partis politiques s'alignent sur la position officielle. De l'autre côté, les choses ne sont pas si différentes. Le président Georges Bush userait de toute son influence politique pour faire passer l'accord. Surtout après l'annonce de son concurrent à la présidentielle, John Kerry, de son intention de revoir la politique des Etats-Unis dans la conclusion des accords de libre-échange. Au Maroc et aux Etats-Unis, l'ALE doit être adopté coûte que coûte. Amal BABA ALI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc