×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Alcatel au régime sec pour cause de crise

Par L'Economiste | Edition N°:1136 Le 02/11/2001 | Partager

. Le groupe annonce 10.000 suppressions de poste en Europe. Il a essuyé une perte nette de 558 millions d'euros au 3me trimestre 2001 Le groupe français Alcatel, l'un des géants mondiaux des équipements de télécommunications, actif sur presque tous les créneaux du secteur, est contraint par la crise à une drastique cure d'amaigrissement. L'entreprise, qui employait fin 2000 110.000 personnes dans 130 pays pour un chiffre d'affaires de 31 milliards d'euros fin 2000, en comptera 30% de moins au 31 décembre prochain, après l'annonce mercredi dans un communiqué de 10.000 suppressions de poste en Europe, qui s'ajoutent à 23.000 autres départs prévus dans le monde. Cette nouvelle restructuration, pour laquelle Alcatel va provisionner dans ses comptes 1,2 milliard d'euros, fait suite à l'aggravation des résultats financiers du groupe, qui a dévoilé mercredi une perte nette de 558 millions d'euros au 3me trimestre 2001 (contre un bénéfice de 297 millions d'euros un an plus tôt). La perte opérationnelle s'est établi à 215 millions d'euros (contre un bénéfice de 619 millions d'euros au 3me trimestre 2000). Une perte équivalente est attendue pour le dernier trimestre, selon Serge Tchuruk, PDG du groupe. L'équipementier français a annoncé qu'il allait essuyer en 2001 une perte nette d'environ 5 milliards d'euros.Sur les neuf premiers mois de 2001, le groupe français dégage un infime bénéfice opérationnel de 7 millions d'euros (contre 1,37 milliard d'euros sur la même période de 2000). Le chiffre d'affaires d'Alcatel a baissé de 18% à 5,613 milliards d'euros au 3me trimestre et de 14,4% à 18,587 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'exercice. L'équipementier est, en revanche, parvenu à réduire ses coûts fixes de 300 millions d'euros et ses stocks de 900 millions d'euros entre juillet et septembre derniers. Selon Serge Tchuruk, les ventes d'Alcatel ont subi au 3me trimestre «l'effet du sévère retournement constaté aux Etats-Unis« ainsi que de la crise du téléphone mobile et du déclin du secteur très cyclique des réseaux sous-marins. Pour les mois à venir, Tchuruk a jugé «vraisemblable que les marchés occidentaux vont rester atones, l'Europe ralentissant à son tour, encore que beaucoup moins que les Etats-Unis«. Il a tablé sur «des ventes 2001 en légère baisse seulement par rapport à une année 2000 record, et un résultat opérationnel légèrement inférieur à zéro«. A l'instar de ses concurrents, le groupe de Serge Tchuruk préfère désormais se concentrer sur ses activités à plus forte valeur ajoutée et ambitionne de réduire de moitié le nombre de ses usines d'ici fin 2002.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc