×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Al 'affiche: Le Mexicain

    Par L'Economiste | Edition N°:1169 Le 21/12/2001 | Partager

    . Non, le Mexicain n'est pas un homme mais une arme maudite qu'un tas de personnes s'arrachent avec acharnement. Quant au film lui-même, il n'est pas ce qu'on pourrait appeler un chef-d'oeuvreCe n'est pas parce que de grosses pointures comme Brad Pitt et Julia Roberts tiennent la tête d'affiche du film que «Le Mexicain« est forcément un bon film. Loin s'en faut. L'histoire n'arrive pas à accrocher les spectateurs qui suivent les tribulations des héros sans enthousiasme. Il faut dire que la prestation des acteurs y est pour beaucoup dans ce relâchement. L'on est lassé de voir Julia Roberts ressasser les mêmes gestes et se répéter à faire arracher les cheveux aux spectateurs. Son grand sourire, au propre comme au figuré, ses airs de petite fille désinvolte et ses émotions excessivement affichés n'émeuvent plus. Quant à Brad Pitt, il n'est pas plus brillant dans son rôle de paumé qui a du mal à se ranger. Il est là à agiter ses bras dans tous les sens et sans aucune expression sur le visage. Cela se voit bien qu'il n'est pas inspiré. Mais si cela pouvait consoler ses admirateurs inconditionnels, il est plus beau que jamais avec son look de looser. . RatageIl faut dire que le réalisateur a une grande part de responsabilité dans l'échec de ce film qui se devait d'être un succès. «Le Mexicain« mélange plusieurs genres sans parvenir à réussir aucun d'eux. On sent l'effort du réalisateur et des comédiens pour arracher un sourire aux spectateurs. Au lieu de cela, ces derniers se perdent dans les dédales d'une action qui se veut parodique, avec un soupçon de thriller, mais la sauce ne tient pas. Il y a trop de cadavres pour une parodie et peu de suspense pour un thriller. Même la présence de Brad et Julia, deux stars de gros calibre, dans le film n'a pas été bien exploitée par le réalisateur. Les deux acteurs campant respectivement les rôles de deux amoureux qui vivent une relation d'amour pas très convaincante parce que trop verbale. En plus, leurs chemins se séparent dès le début du film pour se rencontrer vers la fin pendant quelques minutes seulement. Ce qui laisse les spectateurs sur leur faim. Il reste quand même quelques moments très appréciables dans le film. Il s'agit notamment des quelques flash-back qui racontent l'histoire du «Mexicain«. Les scènes en noir et blanc qui expliquent comment la malédiction s'est abattue sur le pistolet en question sont d'une grande beauté. La surprise vient aussi d'une action secondaire, mais qui reste la plus marquante du film. La rencontre de Julia Roberts et James Gandolfini, dans la peau d'un tueur à gages homosexuel, est peut-être ce qu'il y a de mieux dans le film. Le jeu juste et intérieur de Gandolfini change des clowneries des autres acteurs. Mais on déplore, par-dessus tout, l'apparition insignifiante du grand acteur Gene Hackman dont la présence n'apporte rien au film.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc