×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Akzo Nobel Maroc: Bientôt exportateur en Europe

Par L'Economiste | Edition N°:2752 Le 09/04/2008 | Partager

. Nouveau DG, nouvelles ambitions . Fini la formule des jetons dans les bidons . Le Marocain consomme 4 kg de peinture par anAKZO Nobel pourrait commencer à exporter en Europe à partir du Maroc. La filiale locale vise le marché portugais, puisque le groupe n’est pas présent dans ce pays.«C’est de Barcelone que sont acheminés les produits du groupe. Casablanca est peut-être plus proche du Portugal», estime Bramer, nouveau DG de Akzo Nobel Maroc. Des discussions ont été entamées dans ce sens, mais il faut attendre la finalisation de l’organisation du groupe, ajoute Bramer. Parmi les autres chantiers prioritaires, la mise en place d’un centre de formation pour des artisans peintres. «Nous avons déjà investi en matériel et nous sommes en train de mettre en place les structures nécessaires», indique Bramer. . Enormes potentialitésLeader depuis plusieurs années sur le marché marocain, l’entreprise tente de consolider sa place. «La concurrence est très rude entre fabricants et cela ne va pas être une mince affaire», indique Bramer. Ils sont 62 fabricants à disposer d’un registre de commerce, ce qui signifie que leur nombre réel est plus important. Les six plus grandes entreprises du secteur font 70% de la fabrication totale des peintures pour bâtiments. L’une des pratiques utilisées pour s’accaparer des parts de marché est celle des jetons dans les bidons de peinture. «Cette pratique, très répandue, a participé à la dégradation de la qualité de la peinture au Maroc», note Bramer. Des jetons d’une valeur de 80 DH dans des bidons de peinture de 400 DH, soit pratiquement 20% de marge. C’est tout de même un peu trop pour des opérations promotielles. «Réduire sa marge signifie réduire sa capacité d’innovation. Depuis juillet 2007, nous avons mis fin à la formule des jetons pour mettre en avant la qualité de nos produits», ajoute Bramer. La filiale marocaine a récemment renforcé son département Marketing. «L’objectif est de montrer que nous pouvons innover», ajoute Bramer. A côté de l’innovation, il y a aussi les services que les entreprises doivent apporter aux artisans peintres. «C’est à travers ces services que nous pouvons promouvoir la qualité de la peinture. C’est aux fabricants qu’incombe cette tâche», confie Bramer. La conjoncture actuelle a un important impact sur l’industrie de la peinture. L’augmentation du prix des matières premières et la baisse du pouvoir d’achat constituent des obstacles à l’évolution du secteur. «Les fabricants risquent d’en souffrir. Heureusement que le Maroc est un grand chantier.» L’immobilier connaît une croissance soutenue. Un ralentissement de la cadence actuelle signifie le début de la crise chez les fabricants de peinture. «Le marché marocain n’est pas mature.» Pour plusieurs personnes, la peinture est quelque chose de secondaire. La consommation de peinture au Maroc confirme cette thèse, 4 kg par personne et par an, contre 9 kg en Tunisie et 25 kg en Europe. Le marché marocain est différent du marché européen. Peu de gens peignent eux-mêmes et il n’existe pas de distinction entre le professionnel et le grand public. Malgré cela, «le marché marocain présente d’énormes potentialités, il faut promouvoir la qualité de la peinture pour pouvoir s’en saisir», estime Bramer.Destinées principalement au marché africain, les exportations de l’entreprise représentent moins de 1% de la fabrication. «Nous exportons en Libye, Tunisie, Togo, Bénin, Côte d’Ivoire et Sénégal. C’est un marché très modeste, vu que la peinture est un produit très cher dans ces pays.»Une éventuelle introduction en Bouse n’est pas à l’ordre du jour. «Akzo Nobel est cotée en Bourse à Amsterdam ou se trouve le siége du groupe. Les bourses se sont internationalisées et il n’est pas à l’ordre du jour de faire des introductions dans d’autres Bourses», ajoute Bramer. Pour rappel, la filiale marocaine emploie 455 salariés avec un taux d’encadrement de 15%. En 2007, l’entreprise a produit 25.000 tonnes, toutes peintures confondues, et a réalisé un chiffre d’affaires de 450 millions de DH.Saad Souleymane BOUHMADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc