×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Air Liberté : Plan de sauvetage rejeté

    Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager


    Le PDG d'Air liberté, M. Lotfi Belhassine, vient d'annoncer un plan de continuation pour sa compagnie. Cependant, les sections Air Liberté du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) et du Syndicat National du Personnel Navigant de l'Aviation Civile (SNPAC) ne semblent pas approuver ce projet. Pour ces derniers, cette solution ne constitue pas un palliatif facile des erreurs de gestion passées. Toujours selon ces syndicats, ce plan ne peut être adopté qu'en tant que «solution de la dernière chance dans le cadre d'un plan de sauvetage réaliste et assorti de sérieuses garanties pour le personnel».
    Le plan de sauvetage en question consiste en une augmentation de capital de 100 millions de FF, alimentée à hauteur de 60 millions par les salariés, qui renonceraient à deux mois de salaire.
    Le gouvernement, lui, voit dans le rapprochement du voyagiste avec AOM un moyen pour constituer un grand pôle aérien français privé. Cette solution reste tributaire de la volonté des actionnaires privés d'effacer les pertes des deux groupes et d'investir à long terme dans un projet industriel délicat, sur un marché dominé par Air France, indique Les Echos. Signalons que le personnel d'AOM est contre l'idée d'un tel mariage.
    Les compagnies étrangères, elles, sont beaucoup plus intéressées par les créneaux d'Air Liberté que par la compagnie elle-même.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc