×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Aïn Harrouda supprime les passages à niveau

Par L'Economiste | Edition N°:2392 Le 01/11/2006 | Partager

. Grâce à un partenariat entre la Région, Aïn Harrouda et l’ONCF. Le coût est de 35 millions de DH et la durée de réalisation de 18 moisLA Région de Casablanca prête une grande attention à sa périphérie. Après Bouskkoura, le Conseil régional compte en effet lancer de grands travaux dans cette localité. Il est notamment question de «supprimer les passages à niveau qui présentent un réel danger pour les populations d’Aïn Harrouda», affirme Chafik Benkirane, président de la Région. Afin de mettre en œuvre ce projet, cette collectivité a conclu une convention avec l’Office national des chemins de fer (ONCF) et la commune d’Aïn Harrouda. L’article 1er de la convention définit les conditions d’exécution et les financements des projets à réaliser sur la ligne ferroviaire Casablanca/Fès. Globalement, le chantier porte sur la construction de deux ponts-routes respectivement au PK 12+900 et au PK 14+830. Ces ouvrages visent à remplacer les passages à niveau n° 1005 et 1006. Figure aussi dans le projet la mise en place d’un pont-rail au PK 18+050, en remplacement du passage à niveau n° 1008. Les partenaires ont enfin convenu de réaliser une passerelle pour piétons. Le tout pour une enveloppe de 35,5 millions de dirhams et dans un délai de 18 mois. Dans le détail, la Commune d’Aïn Harrouda assume l’acquisition des terrains nécessaires à la réalisation des ouvrages. C’est elle aussi qui a pour mission de déplacer les réseaux aériens ou souterrains tels que les conduites d’eau, les câbles téléphoniques et électriques, égouts, gazoducs, etc. La Commune s’engage également à réaliser l’éclairage et la signalisation routière. Quant à l’ONCF, ce dernier assume en outre les travaux de voie, caténaires, signalisation et télécommunications pour permettre la réalisation des ouvrages. L’Office se charge aussi de mettre en place les ponts provisoires et leur surveillance. Une fois le projet concrétisé, l’entretien des ouvrages sera à la charge de la Commune, en ce qui concerne les ponts-routes, les passerelles et accès routier. Pour le pont-rail, c’est l’ONCF qui en assure l’entretien et la maintenance à ses frais. En cas de difficultés dans l’exécution ou l’interprétation des clauses de la convention, les parties solliciteront l’arbitrage des départements de l’Intérieur et de l’Equipement.Ali JAFRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc