×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Aides au secteur textile français: Bruxelles se raidit

    Par L'Economiste | Edition N°:238 Le 11/07/1996 | Partager

    L'aide accordée par le gouvernement français à l'industrie textile a été jugée illégale à Bruxelles par le Commissaire Européen à la Concurrence, M. Karel Van Miert. Il a estimé qu'il s'agit là d'aides sectorielles qui devraient être soumises à l'accord de la Commission Européenne.

    D'une durée de dix-huit mois, l'aide en question consiste en l'allégement des charges du secteur textile de deux milliards de Francs (1FF= 1,71 DH) en échange du maintien de 35.000 employés et l'embauche de 7.000 autres avec réduction des heures de travail. Le décret d'application du plan est déjà publié au Journal officiel.

    Le plan textile a pour but de dynamiser les entreprises de textiles françaises d'habillement et de la chaussure (13.000 en tout) et les rendre plus compétitives face à leurs concurrentes européennes qui bénéficient de la dévaluation de leurs monnaies.
    La Commission européenne qui refuse toute aide concernant les dévaluations compétitives a demandé une explication, il y a un mois déjà, sur cet acte qu'elle a qualifié d'illégal.

    Pour sa part, le Ministère de l'Industrie se déclare étonné de la réaction de l'exécutif européen, précisant que ledit Ministère est en dialogue constant avec Bruxelles, à qui il a déjà expliqué que les aides en question entraient dans le cadre d'un mouvement de baisse des charges sur les bas salaires.

    En outre, le ministre français de l'Industrie, M. Franck Borotra, a précisé dans un colloque tenu le mardi 2 juillet que son Ministère allait démontrer dans les prochains jours que le dispositif d'allégement des charges n'était pas incompatible avec le droit européen.

    Synthèse réalisée par Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc