×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    Aide au développement : L'USAID obtient un fonds de 22 milliards de Dollars

    Par L'Economiste | Edition N°:223 Le 28/03/1996 | Partager


    Une trentaine de pays donateurs, réunis à Tokyo par la Banque Mondiale, sont parvenus le 19 mars, après quinze mois de négociations serrées, à un accord pour refinancer l'Agence Internationale de Développement (AID).
    Cette filiale de la Banque Mondiale, dont la vocation est de soutenir les 80 pays les plus pauvres de la planète, va se voir allouer une enveloppe globale de 22 milliards de Dollars (1$=8,60DH) au cours des trois prochaines années.
    Cette enveloppe est certes en hausse par rapport à la dernière reconstitution des ressources de l'Agence (18 milliards de Dollars) mais les nouvelles contributions des pays donateurs ne s'élèveront qu'à 11 milliards, indique un communiqué de la Banque Mondiale. Le reste doit provenir du remboursement des crédits consentis par l'AID, de la contribution de la Banque Mondiale et de crédits promis mais non encore versés.
    Une première tranche de 3 milliards de Dollars sera débloquée dès juillet prochain. Les Etats-Unis n'y contribueront pas mais s'engagent, en revanche, à régler les arriérés dus au titre de la dixième reconstitution des ressources de l'Agence, soit 934 millions de Dollars.

    Les Etats-Unis ne participeront au nouveau fonds qu'à partir de la mi-1997, et à hauteur de 800 millions par an, contre 1,3 milliard dans l'enveloppe précédente.
    En réduisant la contribution des Etats-Unis, l'administration Clinton aura donc cédé aux pressions du Congrès, qui avait déjà divisé par deux l'enveloppe de 1995. "Une réduction supplémentaire de l'aide entraînera immanquablement une perte d'influence des Etats-Unis. Un jour, les Américains se réveilleront et découvriront que les Etats-Unis sont sur la voie de l'isolationnisme", avait prévenu M. Brian Atwood, administrateur de l'USAID, réagissant aux propos du sénateur républicain Jesse Helms, président de la commission des Affaires étrangères. Celui-ci soutenait que le programme d'aide au développement coûtait très cher aux contribuables américains.
    Depuis leur victoire aux élections, les Républicains ont fait savoir qu'ils réduiraient davantage les budgets destinés à l'aide au développement, voire les supprimer.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc