×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Aïd Al-Adha: Le dispositif anti-ordures prêt

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. Mobilisation et sensibilisation tous azimuts. Des milliers de sacs de poubelle distribuésUN «Aïd» propre. C’est le défi que se lancent services publics et sociétés délégataires en charge de la collecte des déchets ménagers dans différentes villes. Arrivera-t-on, cette année, à épargner aux habitants les spectacles désolants des montagnes d’ordures qui s’amoncellent un peu partout avant même le rituel du sacrifice? En tout cas, l’heure est à la mobilisation et des campagnes de sensibilisation tous azimuts sont lancées bien avant l’Aïd. Tout y passe, des campagnes d’affichage aux ateliers pédagogiques, en passant par le porte-à-porte. Le but est d’inciter les gens à de meilleures pratiques à même de préserver l’environnement. En effet, souvent à l’issue de l’Aïd, certains quartiers se transforment en dépotoirs après l’abandon des déchets solides et liquides dans les rues. Sans parler des problèmes d’obstructions des canalisations et bouches d’égouts fréquents en cette période. Avec tout ce que cela signifie comme désagréments pour les habitants eux-mêmes. Mais il semble que certains réflexes ont la peau dure.

Associations de quartiers impliquées
Cependant, depuis quelques années, un léger mieux est relevé notamment dans les villes où la collecte des déchets est déléguée au privé. Les campagnes de sensibilisation et de mobilisation y sont devenues presque systématiques. Souvent, celles-ci sont lancées bien avant le jour du sacrifice pour préparer le terrain et les esprits. Et elles se poursuivent au moins deux jours après pour assainir et nettoyer. Ainsi, à Casablanca, les sociétés délégataires en charge de la gestion des déchets et nettoiement (Tecmed, Segedema et Sita El Beida) ont mis en place avec les autorités de la ville des plans d’action. Ils sont lancés au moins une semaine avant la fête. C’est le cas pour Sita El Beida, qui est en charge de la gestion des déchets et du nettoiement des arrondissements de Sidi Belyout, Maârif, Anfa et Hay Hassani. Pour cela, l’entreprise a mis à contribution les associations de quartiers. Objectif: donner plus d’ampleur à leur action et toucher le plus de monde. En effet, cette année, outre les enfants et les habitants, l’opération de sensibilisation a été étendue également aux revendeurs des moutons. Ces derniers ont été incités à nettoyer les espaces mis à leur disposition après utilisation. Par ailleurs, le gestionnaire délégué prévoit une tournée pour distribuer les sacs de poubelle. Cette année, ce sont quelque 8 tonnes de sacs en plastique qui seront dispensés aux ménages. Pour leur part, les éboueurs ne chômeront pas. Un service de ramassage sera assuré même le jour de l’Aïd, en particulier pendant la matinée. Des relais seront ensuite organisés par un système de roulement d’équipes à partir de 14 heures et jusqu’au lendemain à 6 heures. Selon les responsables de Sita El Beida, ces opérations engendrent un coût supplémentaire durant les trois jours de l’Aïd de quelque 500.000 DH. Dans les autres villes, l’heure est également à la mobilisation. Ainsi, Veolia Environnement organise, à travers ses filiales, Redal et Amendis, des campagnes de sensibilisation au profit des habitants des quartiers les plus touchés par les problèmes d’assainissement. C’est systématique, indique-t-on du côté du groupe, depuis la signature des contrats de gestion déléguée des services d’eau, d’électricité et d’assainissement liquides des wilayas de Rabat-Salé, Tanger et Tétouan. Le gestionnaire délégué a choisi, cette année, d’étendre son programme pour toucher les élèves des écoles situées dans les quartiers sensibles. Plus de 1.500 élèves sont ainsi visés. Et pour plus d’impact, le groupe a déployé, en parallèle, une campagne d’affichage au niveau de l’ensemble des agences Redal et Amendis. A Salé, la filiale du groupe s’est alliée avec le Centre d’appui au développement local pour lancer, depuis le 29 novembre et jusqu’au 10 décembre, une vaste campagne de sensibilisation. Au programme, des ateliers pédagogiques et des jeux-concours pour sensibiliser plus de 400 enfants de 10 écoles de la ville à préserver le réseau d’assainissement de leur quartier. A côté, et pour plus de proximité, du porte-à-porte est organisé pendant trois jours, du 5 au 8 décembre, dans les quartiers ciblés. Au menu également, des opérations de nettoiement impliquant les habitants. A Tanger, le même schéma associant actions pédagogiques et opérations sur le terrain est reproduit. Ainsi, l’autre filiale de Violia Environnement, Amendis, s’est alliée à l’Association des enseignants des sciences de la vie et de la terre dans une vaste action pédagogique. Démarrée le 1er décembre, elle s’étalera jusqu’au 26 décembre et porte sur 30 écoles situées dans les quartiers de la ville les plus touchés par les problème d’assainissement. Objectif: sensibiliser des enfants (1.000 élèves) par des jeux et concours de photo, dessin et mini-reportages sur le thème de l’assainissement. Par ailleurs, plus de 115.000 sacs de poubelle ont été distribués par le groupe pour récolter les déchets dans l’ensemble des villes incluses dans son périmètre d’activité (Tanger, Tétouan, Fnideq, Rabat, Salé, Témara et Skhirat). Reste la question de la gestion des volumes énormes de déchets et d’ordures qui caractérisent la journée et les lendemains de l’Aïd. Dans un souci d’efficacité, des centres-relais de transfert provisoires seront utilisés ainsi qu’une augmentation de la fréquence de rotation des camions collecteurs. Les moyens logistiques et humains mis en œuvre seront renforcés pour l’occasion, affirme-t-on. Ainsi, à titre d’exemple, à Sita El Beida, des moyens supplémentaires sont prévus (3 trax, 15 semi-remorques) et seront déployés en fonction des besoins. De même, un report des repos et congés a été décrété par le management pour renforcer les effectifs pendant toute la période de l’Aïd.Khadija EL HASSANI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc