×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Aïd-Al-Adha: 5,2% des ménages n’achètent pas de moutons

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. Le prix a presque doublé en 11 ansLe haut-commissariat au Plan (HCP) a revu l’enquête sur la consommation et les dépenses des ménages de 2000-2001 sous l’angle de Aïd-Al-Adha. Cela a permis de remarquer que dans notre pays seulement 5,2% des familles ne sacrifient pas de mouton à cette occasion, souligne un communiqué du HCP. Par conséquent, cette proportion s’élève à mesure que la taille des ménages se réduit. Celle-ci passe de 0,8% pour les foyers composés d’au moins 6 personnes à 66 % pour ceux ayant un seul membre. En revanche, les milieux instruits pratiquent de moins en moins le rituel du sacrifice. Ainsi cette abstinence passe de 13% pour les ménages dirigés par un membre ayant un niveau d’études supérieures à 4% pour ceux pilotés par une personne analphabète. Une autre tendance concerne les familles riches. Celles-ci évitent généralement ce jour de fête en voyageant. Ainsi , parmi les 10% des ménages les plus aisés, 11% n’observent pas ce rituel contre seulement 4% des foyers vivant en dessous du seuil de pauvreté.Cette disparité du comportement social se reflète dans la structure des dépenses des ménages. C’est ainsi que dans le budget annuel consacré par les ménages marocains à la consommation de viandes, Aïd-Al-Adha représente à lui seul 25% de la moyenne nationale. Cette proportion est de 41% pour les ménages pauvres et de 19% pour les 10% les plus aisés.Quant aux prix, ils ont augmenté de 76% en 11 ans, passant de 636 DH en 1991 à 1.121 DH en 2001 alors que le montant des dépenses alimentaires n’a augmenté que de 9,8% au cours de la même période, selon le HCP.D’après cette même source, près de 5,6 millions de têtes seront abattues à l’occasion de cette fête. Le prix moyen est évalué à 1.346 DH. Le chiffre d’affaires avoisine 7,6 milliards de DH.Une fois la fête terminée, les familles pauvres seront généralement celles qui souffriront le plus suite aux dépenses matérielles. D’ailleurs la plupart d’entre elles devront rembourser leurs crédits! Yassir LAHRACH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc