Economie

Agrumes: La cueillette ralentie par la pluie

Par | Edition N°:2918 Le 11/12/2008 | Partager

. 124.000 tonnes expédiées début décembre. Total prévisionnel: 652.000 tLes agrumiculteurs respirent. Les producteurs redoutaient que la vague de froid ne ravage les vergers. «Heureusement, les températures n’ont pas atteint de niveau critique (au minimum -4°) ces 15 derniers jours. Ce qui aurait pu altérer la qualité des fruits», déclare Ahmed Darrab, secrétaire général de l’Association des producteurs et exportateurs d’agrumes (Aspam). En clair, les exploitations n’ont pas souffert du froid entre fin novembre et début décembre. Sauf que les fruits ont gagné en fermeté et en acidité causées par la baisse des températures. Toutefois, on note des perturbations au niveau de la cueillette. En effet, les trombes d’eau qui sont tombées sur le pays ont quelque peu compromis le programme de cueillette et des travaux dans le verger, signale-t-on auprès des producteurs. Dans la mesure où les vergers sont impraticables et que les conditions de récolte s’avèrent difficile en raison de la boue. Par ailleurs, les fruits sont gorgés d’eau et l’on doit les laisser dégorger deux ou trois jours. Sinon, ils pourrissent plus vite dans les caisses. En conséquence, les expéditions ont ralenti. «Par-delà ces inconvénients, les pluies feront beaucoup de bien aux fruits», estime Darrab. Elles ont également permis d’améliorer et reconstituer les stocks d’eaux des barrages dans les périmètres irrigués et ceux de la nappe phréatique, lesquels alimentent les puits, notamment dans le Souss. Cette région, habituellement peu arrosée, a enregistré entre 70 et 80 mm lors des deux dernières semaines. Rappelons que l’Aspam a lancé des campagnes pour sensibiliser les producteurs afin d’intensifier l’irrigation et à utiliser de manière rationnelle la ressource.Le calibre des fruits est aussi plus conséquent, notamment pour les agrumes de demi-saison, particulièrement les variétés Salustiana et les Sanguines. Il en est de même pour les variétés tardives telles que la Maroc Late dont la cueillette devrait démarrer dans les prochains jours. A noter qu’à elle seule, cette variété représente plus de 40% de l’ensemble des exportations d’agrumes. Quant à la Navel, les premières expéditions vers les marchés cibles ont démarré. Enfin, pour la campagne 2008-2009 qui a démarré avec une semaine d’avance cette année, le total prévisionnel à l’export est de 652.000 tonnes contre 582.000 réalisées la campagne précédente (soit une augmentation de 12%). Plus précisément, jusqu’à début décembre, 124.000 tonnes ont été expédiées contre 92.000 à la même période lors de la campagne 2007-2008. Rappelons qu’au démarrage de la campagne, les exportateurs d’agrumes étaient inquiets quant aux retombées de la crise internationale sur les agrumes. D’autant plus que les banques européennes ont serré la vis sur les facilités de crédit accordées aux importateurs.Heureusement, le secteur est préservé. Du moins, les effets de la récession financière sont mineurs. Si la demande a quelque peu baissé, les consommateurs des marchés européens et américains continuent à apprécier les produits «made in Morocco». Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc