×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agroalimentaire & Chimie tiennent salon

Par L'Economiste | Edition N°:2652 Le 15/11/2007 | Partager

. Les deux secteurs regroupés du 14 au 17 novembre à Casablanca. Contacts et opportunités d’affaires en perspective«Des chercheurs qui cherchent, on en trouve. Des chercheurs qui trouvent, on en cherche». Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, a utilisé cette citation de Charles De Gaulle pour exprimer son intérêt au travail des chercheurs. C’était lors de l’inauguration hier d’InterAgro (Salon international de l’agro-alimentaire et de l’équipement pour l’agro-industrie) et Kimia Expo (Salon des matières premières et des technologies pour la chimie et le laboratoire). Ces deux rendez-vous sont organisés jusqu’au 17 novembre à l’Ofec par la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc. Chami parle aujourd’hui «d’une complémentarité et d’une synergie», entre l’agroalimentaire et la chimie, deux secteurs industriels à fort potentiel de croissance et deux volets du plan Emergence. Près de 150 exposants étrangers sont présents à ce rendez-vous professionnel, qui propose un programme varié de conférences techniques animées par des experts nationaux et internationaux. Deux salons en un. «Les entreprises sont intéressées par les deux secteurs. Il était plus intéressant de fusionner ces deux manifestations», indique Dominique Brunin, directeur général de la CFCIM, organisatrice de ce salon. «Il existe une véritable synergie entre les deux secteurs. Ce sera aussi l’occasion pour les exposants et les visiteurs d’élargir leur palette de contacts et de fournisseurs potentiels», dit-il.Les organisateurs tablent sur la visite de près de 6.000 professionnels, entre investisseurs, décideurs et prescripteurs de la production agro-industrielle, de la recherche et développement dans les secteurs de la chimie, la parachimie et les laboratoires... «Notre intérêt est que les 150 exposants développent leurs activités, signent des contrats et contribuent au développement de ces deux secteurs qui sont stratégiques pour le Maroc», souligne Brunin. «Un des grands mérites du Maroc ces dernières années, c’est l’élaboration et la mise en place de différentes composantes du plan Emergence où on a vu apparaître les grands métiers mondiaux du Maroc: l’offshoring, l’agroalimentaire, le textile, l’électronique, l’automobile, l’aéronautique...», poursuit-il. «L’intérêt pour ces secteurs ne doit pas se faire au détriment des autres composantes de l’industrie marocaine. Le secteur de la chimie et toutes ses composantes est un secteur particulièrement dynamique au Maroc», fait remarquer le DG de la CFCIM. C’est le deuxième secteur industriel avec un nombre important d’entreprises et d’emplois. «Le secteur de la chimie a souffert ces derniers temps d’un manque d’intérêt relatif. C’est pour cela qu’il doit rentrer dans le plan Emergence», ajoute Brunin (cf. www.leconomiste.com). Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc