×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agro-industrie
Les Tunisiens visent le marché marocain

Par L'Economiste | Edition N°:3045 Le 12/06/2009 | Partager

. Une journée de partenariat le 25 juin. Une vingtaine d’entreprises feront le déplacement Les industriels de l’agroalimentaire tunisiens voient gros. Désormais, c’est le marché marocain qui est dans leur ligne de mire. En effet, le Centre tunisien de promotion des exportations (CEPEX) organise le 25 juin une journée de partenariat et de contacts d’affaires à Casablanca. «Il y a un déficit énorme d’information de part et d’autre. Cette action vise à promouvoir la coopération économique entre les deux pays», indique Riadh Attia, directeur de l’appui à l’exportation au Cepex. Une vingtaine d’entreprises tunisiennes opérant dans les différentes filières de ce secteur présenteront dans ce cadre une gamme variée des produits phares de la Tunisie: dattes, huile d’olive, conserves alimentaires, confiserie, produits laitiers… Objectif: faire connaître le produit tunisien et décrocher le maximum de marchés. Des rencontres B to B sont programmées pour cette raison.Cependant, la concurrence entre les deux pays est un secret de polichinelle.La course à l’attractivité entre le Maroc et la Tunisie ne date pas d’hier, notamment dans l’agroalimentaire. Les deux pays se livrent une bataille acharnée dans le secteur des exportations, particulièrement vers l’Europe. Selon une étude du cabinet Roland Berger, les 15 premiers produits exportés par le Maroc vers l’UE sont généralement en concurrence directe avec les pays de l’accord Quadra et de la Tunisie particulièrement. Ce qui revient à dire que les difficultés liées à l’absence de complémentarité entre les économies marocaine et tunisienne sont nombreuses. D’où les différents télescopages à l’export. Malgré tout, les Tunisiens minimisent cette donne et veulent saisir toutes les opportunités. «Les relations commerciales entre les deux pays font l’objet de beaucoup de préjugés. Les deux pays ne sont pas concurrents. Il est vrai qu’ils sont tournés vers l’Europe, mais il y a plusieurs formules de partenariat», souligne Attia. Le secteur de l’agroalimentaire offre un potentiel de complémentarité et d’intérêt commun à explorer davantage, poursuit-il. Selon des observateurs, l’accord Quadra (qui réunit le Maroc, la Tunisie, la Jordanie et l’Egypte) n’a pas donné, jusque-là, l’élan attendu aux échanges entre les pays concernés. De plus, les entreprises marocaines, surtout dans l’agro-industrie, ont toujours négligé le marché tunisien, peu important à leurs yeux. Le marché intérieur tunisien compte quelque 10 millions de consommateurs -soit 3 fois moins que le Maroc-.Du coup, peu de campagnes de communication sur les produits marocains visent ce pays. Par ailleurs, le volume des échanges entre les deux pays reste en deçà des attentes. En 2007, ils se sont chiffrés à 2,3 milliards de DH, un peu plus qu’en 2006. Les exportations marocaines vers la Tunisie atteignent à peine 659 millions de DH en 2007 (contre 785 millions en 2006) alors que les importations ont atteint 1,653 milliard de DH (1,1 milliard en 2006). Tarik HARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc