×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    Agriculture/OMC: Des pays de l’UE critiquent la tactique de Bruxelles

    Par L'Economiste | Edition N°:2112 Le 20/09/2005 | Partager

    . Ils lui reprochent d’offrir trop de concessionsPlusieurs Etats membres de l’UE s’en sont pris lundi 19 septembre à Bruxelles à la tactique de la Commission européenne dans les négociations agricoles à l’OMC, lui reprochant d’offrir trop de concessions à ses interlocuteurs, a-t-on appris de sources européennes.Lors d’une réunion des ministres européens de l’Agriculture, “plusieurs délégations sont intervenues pour exprimer leurs préoccupations sur la manière dont se déroulent les négociations”, selon l’une des sources.La France, l’Italie, l’Espagne, l’Irlande, l’Autriche, la Hongrie et Chypre jugent “beaucoup trop faible” l’approche de la Commission, qui négocie au nom des 25 à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), sur des sujets comme les droits de douane ou encore les subventions à l’exportation, a-t-elle ajouté.Ces pays reprochent à Bruxelles de toujours “faire le premier pas”, de mal “vendre” la politique agricole commune (PAC) et sa réforme et de ne pas réussir à faire passer l’image “d’éternel fautif” de l’UE vis-à-vis des pays en développement, a-t-elle poursuivi.La commissaire européenne à l’Agriculture Mariann Fischer Boel, qui présentait aux ministres les résultats d’une visite effectuée à Washington la semaine dernière avec son collègue chargé du Commerce Peter Mandelson, a de son côté affirmé n’avoir rien cédé aux Américains.Avant que la Commission ne “bouge, les Américains doivent promettre de réformer leur politique” agricole nationale, a-t-elle ajouté, soulignant que Bruxelles ne lâcherait rien sur les subventions à l’exportation sans un geste des Etats-Unis mais aussi du Canada et des Australiens.Peter Mandelson a lui aussi affirmé lundi que l’UE ne ferait pas de nouveaux gestes dans la négociation agricole à l’OMC si les autres pays ne faisaient pas d’offres équivalentes. Avec les réformes successives de la PAC et l’engagement de principe de renoncer aux subventions à l’exportation, l’UE estime avoir fait sa part du chemin pour débloquer la négociation clef sur l’agriculture.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc