×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agriculture solidaire: Coup de pouce européen

Par L'Economiste | Edition N°:3427 Le 20/12/2010 | Partager

. Bruxelles annonce une aide de 770 millions de DH . La convention a été signée vendredi dernier à Rabat AVEC la dernière convention qui vient d’être signée vendredi dernier à Rabat, le financement du Programme national indicatif sur la période 2008/2010 est pratiquement bouclé. Le montant de l’ensemble des conventions signées jusqu’à présent a atteint 664 millions d’euros (environ 7,3 milliards de DH). Ce qui porte le taux d’engagement à 92%. Il s’insère dans le cadre de la mise en œuvre du pilier II du plan Maroc Vert ciblant le développement de l’agriculture solidaire. D’un coût global de 20 milliards de DH, ce volet, faut-il le rappeler, s’adresse à quelque 800.000 exploitants et touche environ 10% de la surface agricole utile.L’objectif «est de moderniser l’agriculture vivrière pour assurer son intégration harmonieuse dans l’économie nationale et internationale», souligne Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances. Objectif, que partage parfaitement l’Union européenne. «La dynamisation des filières profitant aux petits agriculteurs est au centre des relations maroco-européennes», indique Enko Landaburu, ambassadeur de l’UE à Rabat. A ses yeux, le choix du Maroc d’accompagner les filières et les régions les plus fragiles permettra à n’en point douter d’atténuer les impacts socioéconomiques résultant de la libéralisation des échanges agricoles. La convention signée entre les ministres de l’Agriculture et des Finances, d’une part et l’ambassadeur de l’UE d’autre part, porte sur un montant de 70 millions d’euros (770 millions de DH environ). Elle se répartit entre une aide de 67 millions d’euros destinés aux projets ciblés et 3 millions pour financer les actions d’accompagnement technique. Son déblocage se fera en 3 tranches. La première est fixe et devait être versée à l’occasion de la signature de la convention. Les deux autres tranches sont variables et leur versement dépendra de l’évaluation des indicateurs retenus. Le programme concerné porte sur une durée de 3 ans. Il concerne 4 filières: l’oléiculture, le palmier dattier, la viande ovine et les produits de terroir. Quatre régions sont aussi concernées. Il s’agit de l’Oriental, Souss-Massa-Draâ, Fès-Boulemane et Meknès-Tafilalet. Dans la dernière région, les projets retenus concernent la valorisation des produits oléicoles mais aussi le développement de la palmeraie. Au total, l’enveloppe réservée porte sur 105,1 millions de DH. Dans le Souss-Massa-Draâ, les actions projetées concernent également le développement du palmier dattier pour un montant global de 141,1 millions de DH et celui de l’oléiculture moyennant un budget de 15,5 millions de DH. S’agissant de Fès-Boulemane, les projets ciblent l’amélioration et la valorisation des productions des viandes rouges caprines. Au total, un montant de 20 millions de DH y est alloué. Reste la région de l’Oriental. Celle-ci accapare la part du lion. Outre l’extension et l’intensification de la palmeraie de Figuig qui s’adjuge une enveloppe de 171,3 millions de DH, il est prévu de valoriser la production des truffes ainsi que celle de l’élevage ovin. Cette région est en effet réputée pour être un grand berceau de races ovines très prisées. Au total, le budget alloué à ces projets s’élève à 471,1 millions de DH. «Et l’ensemble de ces projets devrait démarrer courant 2011», indique Aziz Akhannouch, le ministre de l’Agriculture. A ce titre, les crédits seront débloqués dès que l’Agence de développement agricole «aura validé les conventions de partenariat passées avec les organisations professionnelles bénéficiaires. Pour l’année 2011, il est prévu de débloquer 235,1 millions de DH dont 198,5 millions sous forme de crédits de paiement et le reste en tant que prêts d’engagement.A noter la contribution de l’Etat sur plusieurs actions transversales. A commencer par les études techniques et de conseils et les travaux de création, d’aménagement et d’équipement de points d’eau. L’acquisition des plants, la construction des bâtiments d’élevage et des ateliers de valorisation des produits et d’engraissement du cheptel sont aussi soutenues.A. G.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc