×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agriculture : Pommes de terre : Les prix des semences doublent

    Par L'Economiste | Edition N°:157 Le 08/12/1994 | Partager

    La campagne des pommes de terre démarre dans l'inquiétude des producteurs. La sécheresse en Europe a entraîné des pénuries de semences et des hausses de prix.

    EN ce début de campagne 94/95, les milieux professionnels du secteur du maraîchage et des primeurs s'alarment quant aux conditions difficiles dans lesquelles se dérouleront les préparatifs des cultures, en raison de fortes hausses annoncées sur les prix des semences importées de pomme de terre.

    En plus des stocks de "grenaille" locale, le Maroc importe chaque année 30.000 à 45.000 tonnes de semences sélectionnées, dont 10.000 à 12.000 tonnes pour les seuls besoins du secteur de production "primeur" d'exportation.

    Selon les responsables de l'ASPEM (Association des Producteurs et Exportateurs de Primeurs et Maraîchage du Maroc), "Il ressort des premiers sondages effectués sur le marché international de la semence, que l'offre devrait accuser cette année une baisse importante de nature à provoquer une forte hausse de prix à l'importation. En effet, il se confirme que les superficies de culture de semence dans les grands pays européens exportateurs auraient enregistrée en 1994 une baisse sensible allant de 10% en France et aux Pays-Bas à 20% en Grande-Bretagne".

    La raison de ces hausses, qui peuvent atteindre jusqu'à 100% par rapport à l'année 93/94 pour les variétés de type "Elite” ou "A" (5,6 à 6 DH/Kg), est la sécheresse qui a sévi sur l'Europe durant la campagne 93/94. Elle paraît avoir affecté les rendements ainsi que la qualité des semences, vu les contraintes d'homologation au catalogue officiel.

    Par ailleurs, il semble que certains producteurs français de semences ont préféré réduire cette année les superficies consacrées à certaines variétés de semences de pomme de terre et en particulier la variété "Désirée", suite à trois campagnes successives caractérisées par une offre importante et des résultats médiocres. Alors que d'autres producteurs de semences ont préféré se convertir entièrement à la culture de pomme de terre de consommation pour des raisons économiques évidentes et pour contrecarrer la concurrence agressive des producteurs espagnols.

    Face à ce nouvel handicap et compte tenu du bas niveau des prix obtenus à l'exportation et sur le marché local par la pomme de terre de primeur, les producteurs marocains s'inquiètent pour leur approvisionnement en semences, et de la dégradation de la situation du secteur maraîcher en général.

    Prospection maraîchère française aux Doukkala

    Fin novembre, une délégation française de prospection, composée de trois sociétés de négoce spécialisées dans les fruits et légumes, a rendu visite à l'Office Régional de Mise en Valeur Agricole des Doukkala en vue de conclure un projet de partenariat avec des producteurs marocains de pomme de terre.

    La délégation a effectué une tournée des champs dans la zone maraîchère d'El Oualidia pour constater sur place les conditions de culture et prendre contact avec les producteurs, futurs partenaires qui seraient intéressés par l'offre française.

    L'objet de ce partenariat concernerait l'importation de pomme de terre marocaine sur la base de contrats de culture, dont les modalités porteront sur l'établissement d'un protocole de production, le volume des transactions, la couverture des frais de culture, le conditionnement, le contrôle de qualité et la livraison de la production durant la période de février à avril 1995.

    Selon les professionnels du secteur, cette mission de prospection commerciale s'inscrit dans une situation de pénurie en semences qui a induit tout normalement une crise d'approvisionnement du marché communautaire en pomme de terre de consommation de septembre à mars 94. La tendance y enregistre actuellement une forte demande, d'autant plus que la qualité des pommes de terre européennes de la campagne 93/94 s'est avérée moins riche en amidon et donc de mauvaise conservation.

    Il faut remarquer que depuis quelque temps déjà le secteur de production des légumes marocain est fort sollicité par les négociants européens, bien plus à travers les associations de producteurs que par les canaux des organismes officiels.

    La délégation française se composait:

    - du Complexe Agricole Normand, représenté par M. Vielmas.

    - du Groupe des intérêts économiques d'Aquitaine, représenté par M. Saccore.

    - et de la Monégasque de Diffusion, représentée par M. Constant.

    Mohamed SAKIB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc