×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Aggravation du déficit budgétaire à fin mai

Par L'Economiste | Edition N°:819 Le 27/07/2000 | Partager

• La flambée des prix du pétrole pèse sur l'économie• Poursuite du redressement de l'activité touristiqueIL fallait s'y attendre, la facture pétrolière continue de peser négativement sur l'économie nationale. En effet, au terme du deuxième trimestre de l'année, le déficit commercial global s'est aggravé de 53,1% contre 0,8% en 1999. Le taux de couverture des importations par les exportations a baissé de 71,3% en 1999 à 62% en 2000.Selon les chiffres fournis par la Direction de la Politique Economique Générale du Ministère de l'Economie et des Finances, cette variation est due en grande partie au renchérissement de 106% de la facture énergétique (hausse de 127% du prix moyen du pétrole et allégement de 6,5% des quantités importées de pétrole). A fin mai, la bonne performance du secteur touristique s'est poursuivie avec la hausse de 15,3% des arrivées des touristes étrangers, de 13,5% des recettes de voyages et l'amélioration, à fin avril 2000, de 8,7% des nuitées touristiques. En outre, le trafic aéroportuaire des passagers s'est apprécié de 9% entre 1999 et 2000. Même tendance pour les ventes de ciment. Elles ont enregistré une amélioration de 8,4% par rapport à 1999 attribuable en partie au fait que les chantiers de construction n'ont pas été perturbés par les précipitations.Cette évolution confirme l'opinion des chefs des entreprises qui prévoient une amélioration de l'activité du BTP au cours du second trimestre de l'an 2000.Au niveau des secteurs énergétiques, la consommation en volume des produits pétroliers a connu une régression, à fin avril 2000, de 11,1%. En fait, c'est le repli de la consommation du fuel (-32,6%) qui a renforcé cette tendance baissière. En revanche, la demande d'énergie électrique s'est accrue de 7,6% et la consommation du charbon importé a augmenté de 67,2% entre 1999 et 2000.Recul des exportations de phosphatesPour le secteur minier, le chiffre d'affaires à l'expert du groupe OCP s'est replié, à fin mai 2000, de 0,9% en raison principalement du recul des exportations des phosphates (-11,3%) et de l'acide phosphorique (-2,4%). Cette situation s'est produite malgré l'amélioration de 19,8% de la valeur des exportations d'engrais.Les exportations des industries textiles et cuir ont diminué de 0,7% suite à la régression de 4,8% de la valeur de vêtements confectionnés exportés.En ce qui concerne les finances de l'Etat, au terme des onze premiers mois de l'exercice budgétaire 1999-2000, le Budget général a dégagé un déficit de l'ordre de 0,7 milliard de DH contre 6,7 milliards de DH en 1998-1999. Hors excédent GSM, le déficit budgétaire global était à fin mai 2000 de 7,6 milliards de DH.Les recettes fiscales ne se sont accrues, à fin mai, que de 1,9% en 1999-2000 contre 8,6% en 1998-1999 (exercice marqué par des recettes exceptionnelles) en dépit de l'amélioration de 12,6% des recettes de l'impôt sur les sociétés, l'appréciation de 9,6% du revenu de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le développement de 5,4% du revenu de la taxe intérieure sur la consommation (TIC) des produits énergétiques et la progression de 7,6% des recettes de l'IGR entre 1998-99 et 1999-2000.Quant aux dépenses ordinaires du Budget général de l'Etat, leur rythme de progression s'est ralenti, à fin mai, de 10,8% en 1998-99 et 5,6% en 1999-2000. Ce ralentissement est en grande partie lié à la diminution de 6,6% des intérêts de la dette extérieure publique et à la régression de 75,4% en 1998-1999 du rythme des accroissements des dépenses de compensation à 1,8% en 1999-2000.Par ailleurs, afin d'accroître les ressources financières de l'entreprise, l'Etat a réduit l'encours de ses arriérés de paiement entre juin 1999 et mai 2000, de 1,2 milliard de DH. Le stock des arriérés représente entre juin 1999 et mai 2000 trois semaines des dépenses publiques totales hors salaires et dette contre plus d'un mois et demi à fin mai 1999.Indice du coût de la vie: +2%Les transactions commerciales avec l'étranger ont enregistré une hausse de 9,4% contre 6,4% en 1999. Les exportations ont presque stagné (+0,6%) à fin mai 2000 alors qu'elles avaient augmenté, à fin mai 1999, de 7,6%. Par contre, les importations se sont accrues de 15,6% en 2000 contre 5,5% en 1999.Pour les importations, les cinq premiers mois de l'année sont marqués par le repli des importations des biens d'équipement (-2,4%) et la poursuite de l'alourdissement de la facture énergétique.Concernant le rythme d'accroissement des transferts des MRE, il a connu une accélération de 7,2% en 1999 à 12,7% en 2000.L'indice du coût de la vie a progressé au terme des cinq premiers mois de l'an 2000, de 2% contre 0,1% seulement en 1999. Cette situation est due essentiellement à l'augmentation de 1,5% de l'indice des prix des produits alimentaires après une baisse de 1,8% en 1999. Elle est imputable également à l'accélération du rythme d'accroissement, à fin mai, des prix des produits non alimentaires de 1,8% en 1999 à 2,5% en 2000.D'après les estimations de la DPEG, l'inflation se situerait, au titre du premier semestre de l'an 2000, à 2,1 % contre 0,7% en 1999 (les prévisions du Centre Marocain de Conjoncture tablent sur un taux d'inflation de 2,7%). Cette augmentation traduirait la tendance haussière des prix alimentaires de 1,4% contre une baisse de 1,5% en 1999. S'agissant des prix non alimentaires, leur indice enregistrerait une progression de 2,7% contre 1,8% en 1999.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc