×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    AGE de l'Association des Parents d'élèves de l'Ecole Al Jabr

    Par L'Economiste | Edition N°:809 Le 13/07/2000 | Partager

    • C'est la deuxième après celle du 4 juillet• Ordre du jour. Les dispositions ministérielles concernant la scolarisation de leurs enfants et la situation de l'établissement• Le Ministère ne s'est pas encore prononcé sur la situation des 135 élèves du CE6 d'Al Jabr interdits, cette année, d'examenAPRÈS sa première assemblée générale extraordinaire du 4 juillet, le bureau de l'association des parents d'élèves de l'Ecole Al Jabr tient aujourd'hui sa seconde AGE au siège de l'école. Un communiqué du bureau précise que l'ordre du jour comprend l'information des parents d'élèves sur «les derniers développements des dispositions ministérielles concernant la scolarisation de leurs enfants et la situation de l'établissement(1).Rappelons que cet établissement et l'Ecole Internationale de Casablanca ont été, le mois dernier, mis en demeure par le Ministère de l'Education Nationale (MEN). La lettre qui leur a été adressée précisait que les deux instituts sont appelés à «se conformer aux dispositions des lois réglementant le secteur de l'enseignement privé«, particulièrement au niveau de l'application des programmes.En attendant, M. Abdessalam Alami, chef de la Division de l'Enseignement Privé, propose aux parents des 135 élèves interdis de l'examen du CE6 de rédiger une pétition à l'attention du ministre de l'Education Nationale demandant une issue à la situation de leurs enfants. Rejetant toute responsabilité incombant au MEN, M. Alami rappelle qu'Al Jabr ne s'était pas conformée à l'autorisation qui lui a été accordée par son département. Celle-ci, selon le responsable du Ministère accorde à Al Jabr la possibilité d'appliquer le programme de mission française au profit de trois catégories d'élèves: les enfants de résidents étrangers au Maroc, les exclus de la mission et les enfants provenant d'établissements en dehors du territoire national. M. Alami précise que cette disposition n'a pas été respectée par la Direction de l'école. Aussi, ajoute-t-il, Al Jabr dispensait-elle un enseignement pour la sixième année du primaire, «alors qu'elle ne bénéficie d'aucune autorisation pour ce cycle«. «Une fiche des établissements privés et des niveaux autorisés pour chacun d'entre eux est affichée à l'entrée de chaque délégation du ministère. Les parents d'élèves devaient s'informer sur la situation de l'établissement avant l'inscription de leurs enfants«, conclut-il. A. M.( 1 ) Voir notre édition du Jeudi 6 juillet (leconomiste.corn)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc