×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Agadir
Les plages d’Anza bientôt dépolluées

Par L'Economiste | Edition N°:3372 Le 29/09/2010 | Partager

. Un projet de 400 millions de DH . Les travaux devraient démarrer en mars prochain Les plages de la commune d’Anza, à la périphérie d’Agadir, sont en passe d’être dépolluées. La Régie autonome multiservices d’Agadir (Ramsa) prépare actuellement un projet pour améliorer la situation environnementale de la zone, très alarmante. Le réseau d’assainissement de la ville d’Anza est caractérisé par de multiples rejets directs au niveau de la plage sans traitement. D’ailleurs la baignade y est interdite depuis plusieurs années. Selon les responsables du dossier, on recense quelques 13 rejets industriels et un du port sans compter deux rejets principaux du centre urbain et un de la zone industrielle. Et cette situation n’est pas sans danger pour la santé de la population sans oublier qu’elle a engendré le déséquilibre de l’écosystème et de la biodiversité du littoral. Face à ce danger la Ramsa s’est mobilisée depuis longtemps à travers la réalisation du schéma directeur d’assainissement liquide de la zone Nord en 1990 et actualisé en 2006. « Outre la suppression de la pollution, les objectifs de ce programme d’envergure visent à Anza l’amélioration de la qualité des eaux de baignade en vue de les classer A », précise-t-on du côté de la Ramsa. Il est aussi question de mobiliser des ressources d’eaux supplémentaires par la réutilisation des eaux épurées pour l’arrosage des espaces verts, ajoutent les responsables du projet. Contrairement à la rumeur, le projet d’assainissement d’Anza ne recevra pas les eaux usées de la commune d’Aourir qui seront traitées localement par le biais d’une station de traitement tertiaire. De fait, l’opération de dépollution d’Anza est constituée essentiellement de l’aménagement d’une station d’épuration et de l’installation d’un réseau de collecte et de pompage et d’un émissaire en mer de longueur de 2,5 km. Pour les eaux usées des cités de Anza Oulia et Taddart, la Ramsa a programmé une station de traitement tertiaire dont les eaux épurées seront destinées à la réutilisation à des fins d’arrosage des espaces verts situés dans la zone Anza. Le coût global de l’opération est évalué à 400 millions de DH. Une enveloppe qui sera financée essentiellement à travers un prêt de l’Agence française de développement (AFD) et la contribution du Programme national d’assainissement liquide. Pour l’heure, le dossier est au stade de l’appel d’offres. L’ouverture des plis est programmée pour novembre prochain et le démarrage des travaux en mars 2011. Le chantier devrait être achevé au bout de 24 mois. De notre correspondante, Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc