×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Agadir: Panique après une série d’explosions

    Par L'Economiste | Edition N°:1985 Le 24/03/2005 | Partager

    . Elles ont été provoquées par 400 bonbonnes de gaz butane . Le camion qui les transportait a dérapé BOUM! BOUM! BOUM! Les Gadiris ont été perturbés mardi soir vers 23 heures par une série d’explosions dont le bruit retentissait jusqu’à la plage. En fait, cela se passait beaucoup plus loin, au carrefour de la route de Marrakech/avenue des FAR à proximité des quartiers Taddart, Charaf et les Amicales. Les déflagrations provenaient de l’explosion de bonbonnes de gaz butane à la suite d’un accident de la circulation.En effet, le camion qui transportait les bonbonnes de gaz a dérapé. L’accident est arrivé, selon un officier de police sur place, à la suite de l’éclatement d’un pneu du poids lourd. ‘’Le camion a dérapé, glissé, s’est renversé et a pris feu. Il s’en est suivi une série d’explosions. Car le véhicule transportait 400 bonbonnes de gaz de 13 kg chacune’’, précise la même source. On ne déplore aucune victime. Le chauffeur du camion et son accompagnateur sont indemnes. Mais il a fallu près d’une heure à la protection civile pour maîtriser le feu qui, fort heureusement, ne s’est pas propagé et n’a atteint aucune des habitations proches, bien que les fragments des bonbonnes aient atterri bien plus loin et au milieu des quartiers voisins. Sur les lieux, la mobilisation a été générale. Sûreté Nationale avec toutes ses composantes et sapeurs-pompiers à qui il faut rendre hommage pour leur courage. Ils ont attaqué le feu alors que les bonbonnes continuaient à exploser l’une après l’autre. Tout le monde a travaillé d’arrache-pied. Mercredi matin, il n’y avait plus de traces du camion sur place. Les curieux qui continuaient à se déplacer n’ont découvert que les marques sur la route et le bas-côté de ce qui s’était passé. La veille, la panique était presque générale dans la ville d’autant plus que la majorité des habitants ne savaient pas tout d’abord l’origine des explosions et quelle en était la cause. Une foule très nombreuse s’est déplacée sur les lieux et a assisté à l’extinction du feu, pendant que de nombreux Gadiris inquiets étaient en train de s’enquérir de leurs proches, habitant les alentours. Fort heureusement il y a eu plus de peur que de mal. Mais l’accident pose encore une fois le problème de ces bombes circulantes. Avant d’arriver là, le poids lourd a traversé la municipalité d’Anza où il s’était approvisionné.De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc