×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Agadir: Les surfeurs défendent l’environnement

    Par L'Economiste | Edition N°:3226 Le 05/03/2010 | Partager

    . De jeunes français nettoient une plage . Une destination très prisée par les adeptes de ce sport La destination Agadir attire chaque année et depuis très longtemps de très nombreux surfeurs. Ces derniers jours, ce sont près d’une quinzaine de jeunes en provenance du département de la Gironde (France) qui ont choisi de s’essayer aux sports des plages du nord d’Agadir. Mais aussi de s’impliquer dans la protection de l’environnement au cours de leur séjour. En effet, ils ont entrepris de nettoyer une plage sauvage à 12 km de la station balnéaire. Un lieu très fréquenté par les surfeurs mais qui reste cependant inondé par les rejets d’oueds, de la mer, mais aussi par les déchets du fait de l’homme. Il faut dire que l’endroit se situe dans une commune qui ne dispose que de très faibles moyens pour le ramassage des ordures. L’état dans lequel s’est retrouvée la plage en question, surtout après les dernières intempéries, n’a cependant pas laissé indifférents les visiteurs et notamment leur encadrante, Aurélie Magnan, une jeune gadirie d’origine, qui a initié cette opération de nettoyage. Cette professionnelle du surf, vice-championne de France en 2005, a pris ses premières vagues à l’age de 13 ans sur cette même plage. Aujourd’hui responsable du Lacanau surf club en France, elle revient souvent à Agadir pour exercer particulièrement son sport favori. «Au-delà de sensibiliser mes jeunes stagiaires à la protection de l’environnement et indirectement les habitants de ce site, j’ai voulu participer un peu à la préservation de ce lieu de mon adolescence. Même si la démarche n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan», indique Aurélie Magnan. De son avis, la niche du surf mérite d’être développée davantage à Agadir. La destination est prisée notamment en hiver par les surfeurs car elle offre un climat favorable. Aussi, l’eau est de meilleure température qu’ailleurs en Europe. «Ainsi, il est possible de passer beaucoup plus de temps sur les vagues», explique Jean-François Deloume, également représentant du Lacanau Surf club. Dans le milieu des surfeurs, Agadir reste en fait la plus renommée des vagues du Royaume. La région abrite, en effet, l’endroit qui attire depuis des années le plus de monde de tous les coins de la planète dans ce segment sportif. Il s’agit de la Pointe des ancres qui offre des vagues longues, à 22 km d’Agadir. Km 11, 12, 13, Cap Ghir, Imssouane, Sidi Ifni ou encore Massa au sud d’Agadir, sans oublier Mirleft, offrent également de beaux beach breaks. En raison de ce potentiel en la matière, de nombreux jeunes habitants de ces sites s’adonnent eux aussi à ce sport. Malheureusement, ils manquent d’accompagnement alors que parmi on peut déceler des graines de champions. Dommage également que la niche du surf reste peu exploitée sur le plan de la promotion touristique de la région. De notre correspondante, Malika ALAMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc