×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Agadir: La restructuration des piémonts se prépare

Par L'Economiste | Edition N°:3509 Le 15/04/2011 | Partager
Aménagement des voiries, réseaux d’assainissement, eau et électricité au programme
Priorité au transfert des ménages résidant dans les quartiers menaçant ruine

Malgré une population ancestrale, les habitants sont encore obligés de vivre de manière moyenâgeuse dans les piémonts d’Agadir. Ils sont encore à se ravitailler en eau potable par le biais de citernes alors qu’ils ne sont pas très loin du centre-ville

Le projet de restructuration des piémonts d’Agadir refait surface. La wilaya et la commune urbaine multiplient les réunions avec les habitants du site pour mettre au point ensemble le programme. Le plan de restructuration est aujourd’hui ficelé. Il ne reste plus qu’à réaliser des études techniques avant d’arrêter le coût global de l’opération et de lancer les travaux de réaménagement de la localité.
De fait, ce chantier s’articule autour de trois composantes. Il s’agit de l’aménagement des voiries et l’équipement en éclairage public. L’adduction de l’eau potable et l’installation du réseau d’assainissement sont également au programme. Mais le plus urgent est le transfert et le relogement de plus de 470 ménages résidant dans les quartiers menaçant ruine. Fossés, falaises ou encore carrières abandonnées, les terrains de la zone sont en effet accidentés et nécessitent des protections pour éviter des accidents dans les environs des habitats mitoyens. C’est ce que rapportait déjà une première expertise réalisée en 2008 pour le compte de la société Al Omrane Agadir. Selon cette étude, les douars des piémonts sont construits sur un site à forte sismicité. Par ailleurs, il y a des risques de glissement de terrain et d’éboulement par endroits, donc grand danger pour des habitations implantées sur des talus. Ceux qui occupent le domaine public hydraulique le sont aussi car ce sont des zones inondables. Inondable ou pas, le prix du terrain au fil des ans a pris de l’ampleur. «Auparavant, le coût d’un terrain de 100 m² était estimé à 10.000 DH. Aujourd’hui, il tourne autour de 50.000 DH», avance un habitant des lieux. Ainsi, même sans infrastructures de base, le prix du foncier a flambé dans la localité. Malgré cela, les habitants des piémonts continuent à vivre de manière moyenâgeuse et se ravitaillent encore en eau potable par le biais de citernes alors qu’ils ne sont pas très loin du centre-ville. Il est donc grand temps pour que tout cela change. Le dossier de restructuration semble en tout cas sur la bonne voie. Selon les élus, le projet sera à l’ordre du jour de la prochaine session ordinaire d’avril du conseil communal.

De notre correspondante,
Malika ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc