×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Agadir fait son cinéma

Par L'Economiste | Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

. Une trentaine de films au programme . Adjani, Borhinger, El Ouali et Skiredj… invités d’honneurEt de trois! La capitale du Souss abritera une nouvelle édition du festival du cinéma sous le thème de l’immigration du 13 au 18 décembre 2005. Organisée par l’Association initiative culturelle d’Agadir avec le soutien de nombreux sponsors, elle sera présidée par Fadila Lâanan, ministre de la Culture et de la Jeunesse à la communauté française en Belgique. Un choix qui n’est pas le fait du hasard. La jeune femme qui a des origines marocaines est un modèle d’intégration, vu les fonctions qu’elle occupe dans le gouvernement belge. En raison de son poste, elle est aussi bien placée pour évoquer le phénomène de l’immigration qui constitue un souci majeur pour de nombreux pays et une question récurrente dans plusieurs créations cinématographiques. D’ailleurs c’est une trentaine de films ayant pour thème ce sujet qui seront programmés au cinéma Rialto. A l’affiche notamment, «Tarfaya» de Daoud Oulad Siyad, «Ici et là» de Mohamed Ismaël, «L’enfant endormi» de Yasmine Kassari, «A Casablanca, les anges ne volent pas» de Mohamed Asli. Plus de 250 VIP seront au rendez-vous pour visionner l’ensemble des œuvres. Parmi eux, la belle Isabelle Adjani, les acteurs Richard Borhinger, Rachid El Ouali, Bachir Skiredj et l’incontournable Amina Rachid. Pour ces deux derniers grands comédiens, un hommage est prévu à l’occasion de la manifestation. Outre l’intérêt du sujet, cette fête du 7e art est une opportunité pour animer la ville, relativement dépourvue sur le plan culturel. En raison de la rareté des salles de cinéma (deux seulement actuellement), on peut même dire que l’événement constitue un défi à relever à chaque fois pour les organisateurs. D’autant plus que les habitants d’Agadir ayant peu de choix sur le plan cinématographique en raison de la vétusté des salles et de l’originalité des films projetés peu récents, ont banni depuis longtemps le cinéma de leur palette de loisirs. Un grand nombre d’entre eux attendent de voyager à Marrakech, Casablanca ou Rabat pour s’offrir le luxe d’aller au cinéma. Vivement l’aménagement des nouvelles salles programmées dans le projet de la Marina. En attendant, ce festival -une initiative privée- tente de combler le manque cinématographique à Agadir. De notre correspondante, Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc