×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Agadir: Expertise française pour la lutte anti-sida

    Par L'Economiste | Edition N°:1718 Le 04/03/2004 | Partager

    . Le Souss a enregistré 287 malades du sida entre 1986 et 2003. Plus de 90% se concentrent à Agadir, Oulateïma, Inezgane et TaroudantL'hôpital Hassan II d'Agadir pourra désormais compter sur le soutien et l'expertise du Centre hospitalier universitaire de Poitiers, en matière de lutte contre le sida. Une convention de partenariat a été conclue en fin de semaine dernière entre les deux établissements. Une alliance qui s'inscrit dans le cadre de l'initiative Esther (ensemble pour une solidarité thérapeutique hospitalière en réseau) lancée depuis 2001. Ceci pour combler le fossé entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement. A Agadir, ce partenariat permettra un échange d'expériences. Il s'agit de mettre en place également un centre de traitement des malades du sida dans le Souss pour faciliter l'accès aux soins aux porteurs. Auparavant, la formation de personnels hospitaliers est nécessaire. L'ensemble de ces actions, qui se feront par étape, bénéficieront du soutien matériel du groupement d'intérêt public français, organisme-pilote de l'initiative Esther. En attendant, les malades du sida enregistrés dans le Souss sont pris en charge par le Centre de traitement de Casablanca, à défaut pour le moment d'un tel établissement dans la région d'Agadir. Celle-ci a enregistré 287 cas de malades atteints du sida entre 1986 et 2003. Le Souss, où plus de 90% des malades se concentrent à Agadir, Oulateïma, Inezgane et Taroudant, est ainsi la zone la plus touchée dans le Royaume avec 19% des cas. Des chiffres bien plus importants que ceux annoncés en 2000. Le Souss occupait alors la deuxième position après Casablanca concernant le nombre de personnes atteintes par le VIH au Maroc. La région d'Agadir comptait en 2000 148 malades sur les 786 révélés à l'échelle du Royaume. En fait, les chiffres annoncés n'expriment pas la réalité du fléau dans le pays. Comme le souligne l'Onusida, la zone du Maghreb fait partie des régions du monde où il n'y a pas d'informations fiables concernant l'étendue de la maladie. En tout cas, l'adhésion actuelle du Maroc à l'initiative Esther permettra d'avancer dans la lutte contre le sida. En dehors de l'hôpital Hassan II d'Agadir, les CHU de Casablanca et de Rabat se sont inscrits aussi dans la démarche. Ils ont également conclu respectivement des partenariats avec des centres hospitaliers français. Au Maroc, le projet Esther prend en compte la répartition spatiale des personnes touchées par la maladie. Il s'agira ainsi d'appuyer les centres hospitaliers régionaux souvent moins bien pourvus que les centres hospitaliers de l'axe Casa-Rabat.


    Carte de visite

    C'est en mars 2002 que le groupement d'intérêt public (GIP) Esther a été créé par les ministères français chargés de la Santé et de la Coopération pour piloter l'initiative Esther. Il est doté d'un budget de 16 millions d'euros pour trois ans. Plusieurs pays sont impliqués dans cette démarche. Il s'agit notamment de l'Espagne, l'Italie et le Luxembourg.De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc