×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Agadir: Dorint Atlantic met fin au conflit avec son boucher

    Par L'Economiste | Edition N°:1686 Le 19/01/2004 | Partager

    . La Grande Boucherie du Souss réclamait 1,6 million de DH à l'hôtel. Un arrangement entre les parties suspend le jugement du tribunal Un accord a été trouvé in extremis entre la Grande Boucherie du Souss et l'hôtel Dorint Atlantic Palace. La Boucherie réclame depuis près de deux ans le payement des factures qui s'élève, selon Me Mohamed Bouderka, avocat du plaignant, à plus de 1,6 million de DH. Contacté par L'Economiste, Me Mohamed Cherqaoui du barreau de Casablanca, avocat de la société Atlantic Palace, indique qu'un arrangement a été trouvé avec le créancier. Un protocole a été conclu jeudi dernier dans la matinée. Une partie de la créance aurait été réglée et un échéancier de payement établi pour le reste. Une information que confirme l'avocat du demandeur qui explique que “près de 25% de la créance a été pour le moment versée”. La solution à l'amiable suspend donc la vente judiciaire du fonds de commerce du Dorint Atlantic Palace. Rappelons qu'à la suite d'une action en justice, le tribunal de commerce d'Agadir avait déclaré récemment que le fonds de commerce de la société Atlantic Palace, avec tous ses éléments corporels et incorporels, fera l'objet d'une vente judiciaire aux enchères publiques. Le tribunal avait estimé le prix d'ouverture de la vente à 78 millions de DH, fixant l'opération au 22 janvier 2004. C'est à la suite d'une longue procédure judiciaire que cette décision avait été prise. “La première action en justice auprès du tribunal de commerce d'Agadir (TCA) remonte à octobre 2002”, indique Me Bouderka. Elle est intervenue, poursuit-il, à la suite d'une lettre de mise en demeure en date du 2 avril 2002, sans effet. Rendu le 2 janvier 2003, le jugement du TCA avait été en faveur du demandeur. La société Atlantic Palace, en qualité de défendeur, avait interjeté appel en date du 16 janvier 2003 auprès de la Cour d'appel de commerce, qui avait confirmé par un arrêt du 22 avril 2003 l'avis du TCA. Maintenant, la page semble être tournée, et les clients du Dorint Atlantic Palace retrouveront de la viande dans leurs assiettes…De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc